1111 [ ARCHITECTURE 1 se preter 51 la modification demandee par le service de l'artillerie de de- fense; elles avaient un diametre interieur qui ne permettait pas de placer une pigce de canon; celles-ci ne pouvaient. etre introduites a travers ces detours et escaliers a vis; puis, quand les pieces avaient tire deux ou trois coups, on etait asphyxie par la fumee, qui ne trouvait pas d'issue. On commenca donc par modifier la construction des tours: on leur donna moins de hauteur, et l'on augmenta beaucoup leur diametre, en les fai- sant saillir a Fexterieur; renoncant a l'ancien systeme de defense isolee, on les ouvrit du cote de la place, afin de pouvoir y introduire facilement 0 V1" 1" 40 Q mxlä-h f. Q o "Qww, gff- lhfff-YÜMM HMÜÜÜÜJ, yf,;x l au? fzwwuffwfhffwä z; 4,; , Jjf z WMW- _ ,_ff ce w Zww xxf, l, a f ä w L ää E1 f g ä. x 0.1, "L" .1? N ä 1 i w tu X 1 w X fwx IÄ 1-. c , 1 447,, w 11mm. 1 L W 111.. m, wfv), v ,4 "IIIJIICMPFWWW" mu. MM; x _ d mwvm W m" 1 xl_"'if[ X; K s 3611111 14' f-Ä du canon; on les perca d'embrasureS laterales, au-dessous du niveau de la crete des fosses et les enfilant dans leur longueur. Les fortifications de la ville de Langres sont fort interessantes a etudier au point de vue des modifications apportees pendant les xve et Xvle siecles a la defcnse des places (fig. 118) 1. Langres est une ville romaine. La partie A de la ville fut ajoutce, au commencement du XVIe siecle, a l'enceinte antique, dans laquelle on retrouve une porte assez bien conservee. Successive- ment moclifice, l'enceinte de Langres fut presque entierement rehätic sous Louis Xl et Francois I", et plus tard renforcee de defenses etablies suivant le systemc adopte au XVIe siecle et au commencement du xvile. 1 Ce plan est tird de la Topographie de la Gaule, ädit. La majeure partie de ces fortifications existe encore. de Francfort (Märian, 1655).