333 ARCHITECTURE voir la tour et ses deux courtines du cütä de l? ville; les ponts de commu- nication sont supposäs enleväs. Ijätqge supeneur crenele est couvert par {m comble, et ouvert du 00116 de la v11le aün de permettre aux däfenseurs {dg - 6 u, f "xxa ww J Il! fffkfrfÜ-fiz-rxllffj)" f ä! , mm l v f 's " w"i1I-_ Le; f kägää'xäull f- llllwäaajgyüäz, Q; 51v; 21;, L-f-f f W ' _ff-lf"7äf f K 39x V, v,1 21'? f-Xam; f jffäffz Jäffyää 1. äääf . K eääz-J f "f f 1' f-zz: J," ä f ff , f f" fezf f f "ää-fiäf-ilgifä f , ffgzf g. , Hi f f 1122; Eüftfi-jfgf"? f '12; , , j l?) jf; äz: .4 j x zzfrfvff fäfzrgiäiffffpä:fffz' 222; a, qffff v V "g 4 N 41, fäfvjf 1,_ fa), l X 4' f Sgs-WÄQ .1 7 ,'4 K;ä" {MW HG, HL P- 41 j?" . u 2' j f j lIi Äff fsf 1112 U F x f Ü. K1! 440.4: A. ü 6;) 44; " ä M111! de la tour de voir ce qui s'y passe, et aussi pour permettre de monter des pierres ettoixtes sortes de projectiles au moyen d'une corde et d'une pou- lie 1_ La figure 6 ter montre cotte mäme tour du cote de la campagne; nous y avons joint une poterne dont le seuil est assez eleve alu-dessus du sol 1 Ces tours ont me denaturäcs en partie au commencement du xne siecle et api-Bas la prise de Carcassonne par Parmec de saint Louis. On retrouve cependant sur divers points les traces de ces interruptions entre la courtine et les portes des tours. (Voyez, pour de plus amples details, l'article TOUR.)