251 [ ARCHITECTURE j Maieul gouverna l'abbaye de Gluny pendant quarante ans, jusqu'en 99h. La chronique dit que ce fut un ange qui lui apporta le livre de la regle monastique. Devenu l'ami et le confident diüthonle Grand, la tiare lui fut oiferte par son fils Othou Il, qu'il avait reconcilleavec sa mercl,rsa_inte Adelaitle : il refusa, sur ce que, disait-il, u les Romains et lui (liflerzueut autant de moeurs que de pays n. Sous son gouvernement, un grand nombre de monasteres furent soumis a 1a regle de Cluny; parmi les plus importants nous citerons ceux de Payerne, du diocese de Lausanne de Classe, pros de liavenne; de Saint-Jean YEVangeIiste, a Parme ; de Saint- Pierre au ciel d'or, a Pavie ; l'antique monastere de Lerins, en Provence; de Saint-Pierre, en Auvergne ; de Marmoutier, de Saint-Maur les Fosses et de Saint-Germain d'Auxerre, de Saint-Benigne de Dijon, de Saint"- Amand, de Saint-hlarcel lez Ghalons. Saint Odilon, designe par ltlaieul comme son successeur, fut confirme par cent soixantc-dix-sept religieux de Cluny : il reunit sousla discipline clunisienue les monasteres de Saint-Jean dälngely, de Saint-Fleur, de 'l'hiern, deTalui, de Saint-Victor de Geneve, de Farfa en ltalie; ce fut lui qui executa la reforme de Sklillt-DGIHS en France qu'Hugues Capet zivait demandee aMaieul. Casimir, lils de Miccslas Il, roi de Pologne, chasse du tronc apres la mort de son pere, fut, sous Maieul, diacre au monastere de Gluny; rappele en Pologne en lOM, il fut releve de ses vuzux par le pape, se maria, regna, et en memoire de son ancien etat monastique, il crea et dota en Pologne plusieurs couvents qu'il peupla de religieux de Cluny. On pretend que ses sujets, pour perpetuer le souvenir de ce fait, sengagerent a couper leurs cheveux en forme de couronne, symbole de la tonsure monastique. Saint Odilon fut en relations d'estime ou (Vamitie avec les papes Sylvestre Il, Benoit Vlll, Benoit lX, Jean XVlll, Jean XIX et Glement ll; avec les empereurs Othon III, saint Henri, Conrad le Salique, Henri le Noir; avec Fimperatrice sainte Adelaide, les rois de France I-lugues Capet et Robert; ceux ddäspagne, Sanche, Ramir et Gar- cias, saint Etienne de Hongrie, Guillaume le Grand, comte de Poitiers. Ce fut lui qui fonda ce que l'on appela la träve de Dieu et la fäte des morts. Il batit a Cluny un cloitre magnifique, orne de colonnes de marbre qu'il lit venir par la Durance et le Rhone. a J'ai trouve une abbaye de bois, di- sait-il, et je la laisse de marbre. n Mais bientot l'immense influence que prenait Gluny emut Pepiscopat : Fevcque de Macon, qui voyait croitre en richesses territoriales, en nombre et en reputation, les moines de Gluny, voulut les faire rentrer sous sa juridiction generale. En execution des volontes du fondateur laique de l'abbaye, les papes avaient successive- ment accorde aux abbes des bulles formelles d'exemption ; ils menacerent meme d'exeommunication tout eveque qui serait tente d'entreprendre sur les immunites accordees a Cluny par 1e saint-siege. a Les eveques ne pouvaient penetrer dans l'abbaye, la visiter, y exercer leurs fonctions, sans y Erre appeläs par Fabbä. Ils devaient excommunier tout individu qui lroublerait les moines dans leurs possessions, leur liberte; et s'ils vou-