ou une reaction, qu'il est important d'apporter un choix scrupuleux, une critiqueimpartiale et severe, dans lüitude et l'emploi des mate- riaux qui peuvent contribuera rendre a notre pays un art conforme a son genie. Si cette etutle est incomplete, etroite, 0110 Sera sterile et fera plus de mal que de bien; elle augmentent la confusion et l'anarchiiz dans lesquelles les arts sont tombes depuis tautot cin- quante ans, et qui nous conduiraient a la decadence; elle apixortera un elementrlissolvfant de plus. Si, au contraire, cette etude est dirige-e avec intelligence et soin; si l'enseignement eleve Fadopte litanche- 11143111; et arretc ainsi ses ecarts, reunit sous sa main mm (Pfgffgptg qui se sont perdus faute d'un centre, les resultats ne se feront pas attendre : l'art de l'architecture reprendra le rang qui lui Convient chez une nation eminemment creatrice. Des convictions isole-es, si fortes qu'elles soient, ne peuvent faire une revolution dans les arts. Si aujourd'hui nous cherchons a renouer ces fils brises, a prendre dans un passe qui nous appartient en propre les elements d'un art contemporain, ce n'est pas au profit des goüts de tel ou tel artiste ou d'une coterie; nous ne sommes au contraire que les instruments dociles des gonts et des idees de notre temps, ct c'est aussi pour cela que nous avons foi dans nos etudes et que le decouragtnnent ne saurait nous atteindre. Ce n'est pas nous qui iaisons (levier les arts de notre epoque, c'est notre epoque qui nous entraine_.... ou? Qui le sait l Faut-il au moins que nous remplissions de notre mieux la tache qui nous est imposee par les tendances du temps ou nous vivons. Ces efforts, il est vrai, ne peuvent etre que limites, car la vie de l'homme n'est pas assez longue pour permettre a l'architecte d'embrasser un ensemble de travaux a la fois intellec- tuels et materifzls; FaPCIIilGC-EB 11'051; fil ne, peut etre qu'une partie. d'un tout: il commence ce que d'autres aehevent, ou termine ce que d'autres ont commence; il ne saurait donc travailler dans l'isolement, car son oeuvre ne lui appartient pas en propre, comme le tableau au peintre, le poeme au poete. L'architecte qui pretendraitseul imposer un art a toute une epoque ferait un acte d'insigne folie. En etudiant