HOUS prüsentons auj ourd'hui 811 public. Au milieu de difücultäs sans cesse renaissantes, avec des ressources minimes, la Commission des monuments historiques a obtenu des resultats immenses; tout faible que soit cet hommage dans notre bouche, il y aurait de llin- gratitude a ne pas le lui rendre : car, en conservant nos editices, elle a modifie le cours des etudes de l'architecture en France; en s'occupant du Passe, elle a fonde dans Faveqii. ni unit etroitement Ce qui constitue les nationalites, c est le ien (l hindm les peuples les differentes periodes de leur existence; ll feint p.11 Ouf aux! Les qui renient leur passe, car il IfY 11 Paf dzliveägnpdans Fhismire civilisations qui ont profondenient creuse leur S1 x rcqpectücs, sont celles chez lesquelles les traditions ont ete le änlegllnpeslla civi- et dont linge mur a conserve tous les caracteres de e? lignqwrappant lisulion romaine est lit pour 110115 Pfüsenter un exemtpfnnais plus de de ce que nous zwangons ici; et que] PQÜÜIÜYC; ljlt; uenmnt palu respect pour son berceau que 16 Peuple mrflalflf 0 äfqn mqrquees, mm, aucun pays, malgre des diffgpences dorigines 1e latFmnce; n'est fondu dans un principe (Tllflilä Plus Compacuäqu? tune des il n'etait donc ni juste ni sense de vouloir rnetlfe a neäne usqifä causes de cette unite : ses arts depuis la decadence romain la renaissance. En effet, les arts "on France, du IXc au xve siecle, ont suivi une marche regulifäre et logique; ils ont rayonne en Angleterre, en Alle- magne, dans le nord de PEspagne, et jusqu'en ltalie, en Sicile et en Orient. Et nous ne proliterions pas de ce labeur de plusieurs siecles! Nous ne conserverions pas et nous refusorions de reconnaitre ces vieux titres envies avec raison par toute Pllurope! Nou-s serions les derniers ä etudier notre propre langue! Les monuments de pierre ou de bois perissent, ce serait folie de vouloir les conserver et de tenter de prolonger leur existence en depit des conditions de la ma- tiäfe; mais ce qui ne peut et ne doit perir, c'est l'esprit qui a fait elever ces monuments, car cet esprit, c'est le notre, c'est l'aime du PaYS- ÜHHS l'ouvrage que nous livrons aujourd'hui au public, nous