13s HOQUETON Et dans le passage suivant haubert : L, Ie- hoqueton est. de nouveau SOUS 130m5 a Il a cauchiü les caucbez. puis vesty Pauqueton; a Mais ains c'en l'y äust livrä son haubergon, a Fu Huez dessendus du destrier aragon, a Et entra en la tente, Pespüe en son giron, a Et vint devant le roy qwadonquez armoit on 1. n Le hoqueton elait donc un vetement düätoffe de lin, de coton et meme (le soie 2, qu'on posait, soit sous le liaubert, comme le gam- bison, soit par-dessus, comme la cotte. Toutefois le lioqueton de flessus, comme eelui de dessous probablement, etait souple et etait muni de manches, Plus tard, a dater du xvc siecle, le lioqueton devint le vetemenl. de dessus des archers de la prevote, et fut consi- deri? comme une livree. Les pages, les ecuyers, en certaines circon- stances, ifwtaient vetus de hoquetoils, ainsi que les trompettes, les messagers, les lierauts. (les hoquetons etaiiant, alors armoves. Quand Bertrand du (luesclin voulut aller trouver les chefs des compagnies franches qui desolaient la France, pour les engager dans une expedition ccxntrf) PlGFVO le Cruel, il obtint du roi Charles V qu'un lulraut leur serait envove pour obtenir d'eux le sauf-conduit sans lequel il ne pouvait shboutflier üVOti ces ClltJfS. Ceux-ci allaient rampes pres de Chalon-sur-Saone. Le trompette fut (l'abord reconnu par les gens des bandes, parce qulil portait un hoqueton aux armes du roi 1'. Les gens de pied nlavaient, connue armure flelensive de corps, tpfun hoqueton, pendant les XIIIC et xlvc siecles. Un camail et chapel de fer c-ompletaient parfois cet. habilletnent. Les ribauds, dans le poälne de la Conquäte de Jlffrusalenz par Graindoi" de Douai txtu" sieele), sont vetus du lioquffton : Li rois fais as Ribaus vestir les auquetons, Puis aifublent mantiax de riches vermeillons 4. Le hoquetoxl est souvent, däsignd aussi comme un vätelncllt. civil. Un trouve dans quelques scu1pt11rvs des Xle el. m" sibnlvs In Irnvrr ' Hugues Capet, vers MM et suiv. (XIVÜ sieäcle). 2 Il est fait mention de hoquelons dfh S0ie dbs le XlVe siäcle. 3 Ancien mäm. sur Bcrtrand du (luesclin, chap. xv1, Gnllect. 4 Chant Vl vers 5765. MiChFll 1d, Pnnjoulflt.