415 ETRIER la figure 2; et il ne parait pas que, dans les Gaules du moins, cette forme ait ete sensiblement modiliee pendant cette periocle. Ce n'est (m'a la fin du xive siecle que les etriers sont falariques sur de nouveaux modeles. Uarcade de Fetrier est renllee vers son milieu, large, et la semelle en forme d'amande, aiouree pour y pouvoir fixer un coussi- net (üg. 31). En A, cet etrier est montre de profil. Alors, et merne bien avant cette epoque, le cavalier se dressait sur les etriers pour charger ä la lance; donc il etait necessaire de garnir d'un coussin de peau la semelle de ces etriers, pour que le pied füt solidement appuye et ne put glisser par suite d'un choc. Mais, vers cette epoque, les hommes d'armes portaient des solcrcts ä poulaines et parfois la semelle des etriers ma, disposee en raison de cette etrange chaussure (Hg. 42). (let etrier (du pied gauche) est de fer forge. Harcade est rivee aux bords releves de la semelle; le tout etait dore. Ces etriers de 1a fin du XIVÜ et du commencement du xvc sont sou- vent faconncs de maniere a preserver le cou-de-pieml. Voici un de ces etriers (fig. 53), de fer forge, compose de deux bandes de l'or 1 Manuscr. Bibliolh. natiom, Lancelot du Lac (1400 A 1425). f! Collect. de M. W. H. Riggs. M. Riggs possüde la paire. 3 De la mäme collection.