DOSSIE 33 4 et alors le devant et le (lerriere de la cuirasse sont faits chacun d'au moins deux pibces. Vers 1420, nous voyons les hommes d'armes porter de fortes des- siercs et pansieres bien caracterisees, posees sur un corset rembourre et double de lames (l'acier sous-jacentes 51e Fetoffe, comme etaient les brigantinesf. Ces deux pieces d'acier s'attachent l'une a l'autre late- ralement, au-dessus de la taille, par deux courroies,et sont fortement maintenues solidaires a la ceinture cannelee par une courroie rivee aux deux cotes de la dossiere (fig. 52). A montre la dossiere; B, la pansiere. Bientot, l'armure de plates se completant, on pose la dossiere basse sur une doublure d'acier qui couvre les omoplates, et la pansiere sur un plastron du meme metal. L'assemblage est combine de telle sorte que les lames superposees peuvent, dans les armures bien etablies, se mouvoir quelque peu l'une sur l'antre. La belle armure de l'ancien musee de Pierrefondsit fournit un des meilleurs exemples de cette partie de l'habillement de plates a la date de 1440 environ. La figure 6 presente d'abord la pansiere avec son plastron, en A exterieurement, et en B interieurement. Un rivet a tete longue verti- cale, passant dans une fente commune aux deux pieces d'acier, avec nerf externe de recouvrement, permet a la pansiere de glisser sur le plastron, atin de faciliter la flexion du torse. La pansiere porte la cannelure sur le bord inferieur de laquelle est l VoyezBRIGANTIr-IE, fig. 2 Manuscr. Bibliolh. nation., Boccrzce, franqais (1420 environ). 3 Voyez la planche Il, partie des ARMES.