ISAVIERE 210 que, par le frottement, cette baviere püt se tenir relevee sans attache. Cet habillement de tete ne persiste pas longtemps; et, en elTet, il notait pas tres-praLique.La baviere tendait naturellement a s'abaisser (Yelle-meme par le mouvement du cheval ou de la marche; les chocs devaient facilement la tiüfttllgül". Il est vrai qu'en baissant la tete pour charger, la vue venait joindre le de la baviere ouverte, appuyee sur le camail, mais 1e moindre mouvement decouvrait les joues et la bouche. Cet essai n'en est pas moins interessant a consta- ter, parce qu'il montre l'origine de la salade, qui fut si fort usitee pendant le cours du xv" sibele. L'auteur anonyme du manuscrit sur le Costume militaire des