BANNIIÜJRE 176 cf Et li meillor de ses amis; a Li gonfanon ä or unt prisi. 7) Mult unt Englciz grant dol du Del Rei Heraut k'il uut perdu, E del Duc ki Paveit vencu E Feslicndart ont ahatu. u E dune unt bien aparcäu, a E li alcanz recognäu a Ke Vestendard esteit chäu, a E la novele vint ä crut a Ke mort estcit Heraut por veir, .1 Ne kuident maiz secors avcir; a De la bataille se partirent, a Cil ki porent fuir, fuireut. n) a Li Dus Willame par flcrtd, a Lä ü Festendart out estü n Rova? son gonfanon porter, (x E lä le üst en haut lever; a (D10 fu li signe k'il out vcincu a E Pestendart out abatu3. v La charge de gonfalonior ou porto-otendard otait une haute dignito pendant le moyen Zlgo. Nous voyons Doon, charmo do la bonne gräco de son Iils Gaufrey ä cheval, maniant la lance, le nommer son gonfa- lonior. u Son aiusnä fix huchal, Gaufrei, que mult ot chier, fi Et il i est venu quant il s'oi huchier. u Gaufrei, chen dist Doon, or oüs mon cuidier; u Tu os ainsnä de tous, pour chen t'ai je plus chier. u Or te fus chi de nous mcstre gonfanonnier u A donques li ala le gonfanon baillier, fi Et Gaufrci le rechut, ne s'en fist pas proier. u Puis se vint a sa mere et deschent du destrier; a Sa mere le courut acoler et beisier : a Biau fix, chen dist Flandriuc, or es gonfanonnicr, a Encore te pourra Dieu moult plus haut avanchier, l Brodd d'or. 2 u Ordonna n. 11 Le Roman de Hou, vers 13930 et suiv. 4 a Appela n. 5 Gaufrey, roman du milieu du X1110 siizcle, vers 233 et suivants, publ. sard el P. Chabaille. par MM. Gues-