435 T0 II.E'I montrent-ils les personnages de cette epoquo bien campes, les jar- rets "tendus, et, comme consequence, la taille relevee et les hanches accusees. (les monuments ne nous font jamais voir ces epaules germaniques, hautes et carrües, si (lisgracieuses sous l'habit, et qui ont pour consequence une gaucherie perpetuelle dans le mouvement des bras, lesquels alors semblent attaches au torse comme avec des chevilles, et ne donnent que des gestes saccades et sans grace. Le cou est long generalement et s'attache aux epaules, un peu basses, par une ligne inclinee, mais fortement assouchee; la poitrine est large, et les bras gros de Fepaule au coude, minces aux poignets; les mains fortes a la racine des doigts, qui sont Iins; les jambes delicates aux chevilles, les pieds cambres et les talons marques (fig. 11) : u Li pif: furent volic et pendant li talon (r Sol large forncure et le cors par raison : li Larges pis cl cspaulos z s'oL largo forinison; N Les bras gros et quan-Gs, les puius gros ä fuisou u Le no! lonv et poli et formä le menton : o lliele bouce riant ol: les dents environ a 01 plus blanc que yvorcs, ne que os do poisqon. u Nus süanl. ct bien fait, sans nnle mesprison : 4: Les ious oL vairs 6 Fcief, ä guise de faucon, u Et les ot rians plus que la fille Othon a Qui par biuulf: fu dame du Fliguage Esclavou 1. u Les traits du visage presentent alors, chez les hommes, un carac- tere general qui, evidemmeut, etait considere comme le type de la beaute. Le front est large et saillant, assez liant; les yeux longs, quelque peu brides en dessous, la paupiere inferieure etant sur une ligne horizontale, tandis que la paupiere superieure est vivement arquee; les prunelles sont bleues; les yeux vairs sont sans cesse mentionnes; l'arcade sourciliere est peu prononeee, et le globe de l'oeil fait a peine saillie sur un plan qui, des sourcils, se reunit aux pommettes. Les joues sont longues et plates; le nez assez large aux ailes, formant avec le front un angle accuse. La bouche est mince, un peu grande, et le menton, petit, bien forme, est grassement reuni au bas du visage, habituellement large (fig. 122). Les elegants ne portaient guere sur la chevelure, lorsqu'ils paraissaient dans des assemblees, que des cercles dbrfevrerie ou des chapels (couronnes) de fleurs. Si nous arrivons aux femmes, nous voyons que celles-ci ont le cou Li Ronums (FA Izlrnnflre Combat flc Perdicas et (PAL-in.