'l 27 MANTEAU (voy. HOUPPELANÜE). Le manteau n'est plus guüre qu'un välemenl de cärämonie, et il subit 51 peu präs les transformations imposäes au manteau des hommes, cfest-ä-dire qu'il possäde une ouverture et ne se porte plus avec la libertä de plis et la deslnvolture observäes präcädemmenl. ReLenu sur les äpaules par une sorte de collet, il tombe sur les bras et Lraine 51 terre derriiare les talons (fig. 26 f). 27 a; ÄHKÄS: Xxfs. 7x "L1? 5j ,6'j Xaäg l g 15,44, f , sugays-s Xff f 5-- f j , 1; 5 f; fa; f; i L QHTIQTJ-X 1x f? j) i" ÜXNV 5.. V_ f; Xxff l "Käbf f-"Ühf- 4x l Nrf ilf: ffLÄi Üf: l s x 25,1 I si N44? s I-Äkxfiäfxf '61; I Kg f; 2 i Cette dame est velue d'une robe bleu clair; son manteau est pfJÜ-Vpre, avec collet de velours noir borde de testons d'or. Une gor- glüfe basse, empesee et transparente, depasse le collet. Un [in collier de Perles d'or entoure son cou. Sa coiffure est rouge avec pois or. P1118 tard ce manteau des dames nobles decouvre davantage la poitrine; il n'est plus retenu que par une gause avec bijoux 1, et sa forme est celle que donne la figure 27. Sa traine est si longue, qu'il faut la faire porter par une suivante (Hg. 28 3)- Mauuscr. Bibliolh. nation 2 Voyez JOYAUX, fig. 21 bis. 3 Dlanuscr. Bibliolh. nationw Lancelot du Lac, IIIU Iivxu, franqais (1425 environ). [Miroir historial, franqais (1440 environ).