MAISIPIÜ pattes de recouvrement de la fente des manches pouvaient se fermer pour empeclier l'air froid de frapper sur Varriere-bras. Nous n'avons fait, dans cet article, que mentionner les moditica- tiens les plus importantes tlonnecs a la coupe des manches pendant le moyen tige. Les nombreux exemples de vctements que nous donnons presen- tent ces transformations dans le detail, ainsi qulun nombre consi- derable de cas particuliers, bizarres, ou des modes qui n'ont en que tries-peu de tluree. tWIalgre Fextravagance de quelques-unes de ces IIIOIIGS, on observera cependant que jamais une manche juste ne vient recouvrir une manche juste sousdjacente, et que les vetements de dessus sont tou- jours pourvus de manches relativement larges, ce qui est tries- naturel. On observera encore que les manches fendues, a tlotihle lin, sont tort commodes, puisqu'elles permettent de couvrir 011 tle tlccotivrii- les laras a volonte, sans enlever le vetement auquel ces manches sont attacliees. ll serait difficile de dire pourquoi ces sortes 116 manches ont etc abandonnees depuis le commencement du fcgne de Louis XIV. ÄMANIPULE, s. in. Le manipule etait, dans les premiers temps de lxEglise chretienne, un linge blanc, lin, destine a essuyer les mains et la llgure du pretre ou les vases sacres, pendant la celebration des saints mystercs. Cette bande de lin etait attachee a la main gzlllühfi- Sons remonter aux origines de cet accessoire de l'habit ecclesiastique, nous dirons que le manipule etait en usage des le temps de Gre- güire le Grand, et qu'alors ce puriticatoire netait porte que parle DPÜlre et le diacre, puisque le saint pontife interdit le port du luanipule au cierge inferieur' de lfeglise de Ravenne et l'accorde Seulement aux pretrcs et diacres. Plus tard, les sous-diacres le por- lärent egalemenl, lorsqu'ils furent specialement charges dc veiller il la llroprete des objets employes il. l'autel Ce suaire plie sur le bras gauche nüätait plus deja, au IXB siücle, fllflln ornement , une marque distinctive 2 bien 11111911011111 el Amalaire Fortunat lui attribuent encore la destination utile indi- quee ei-dessus. Dhpres le texte dläinalaire, le manipule n'est reelle- ment qu'un mouchoir? i Yqvcr. ä vu sujet a Sndario suluml u-lxvrmlhzlu pvr la] 1a notice de M. Victor (Zny, Ammfcs arcluiologiques, t. Vll, 1s tergurc piluitaun 0Cll101'lllll ct narium. nique SHPÜVÜIHLIII Iiil. u (De rfrrcfes. 0[f,'lih. ll, cap. u". '13. p. M3. sali-valu