l JOYAIIX j 38 a 111410 l, nous montre lu limite de cette mode. lorsque les chevf ont disparu entieremenl sous Fescofiion. La dame que duune figure 15 devise en belle compngxue. Elle esL uoilTfrc du hnuL est: lion en fagon de lurhun, sur lequel deux bandes Llejoyaaux se cr sent. Ces bandes sont composees de petites plaques carräes d" rux la of- oi- or, 33:. X-u f; W, a" 1,13 k. {AÄÄÜLÜW HL J V? K2; h Sydzäy M w W W M1 ä' 1 11v rohaussoes de ciselures cl cousues sur une oLolTe bleue. Le corps du turban est fait d'une otoffe d'or piquee ou gaufräe. Celle dame porte un corsage lräs-docolllelo, garni d'un collet de menu vair, terminä par derribre en pointe sous la ceinture mäs-large, qui est noire avec haute boucle dlor dorriore la taille. La robe est bleu fonco, avec bordure et parenwnls de manches de menu vair. (Iependanl, celle mode de cacher les cheveux notait pus absolue. A l'article Coufmnu (Hg. 37), on voit une jeune femme de la {in Les Cent Nouvelles.