IOYAUX les bijoux dits de Nurembcrg etaient en vogue en France comme en Allemagne et en Angleterre, les Vcniliens firent quantite de ces bro- ches, pendants d'oreilles, chatelztines, ceintures, dans le gent de la bijouterie tudesquc. Cet cclectisme a etc pour Venise une source enorme de richesse, et l'en peut dire que l'industrie irenitienne, sans avoir possede un caractere propre, une originalite locale, sauf sur quelques points, savait se plier aux lluctuations des modes occi- dentales, et fournissait aussi bien des objets orientaux sortis de ses ateliers que des objets tudesques, le cas echeant; le tout, avec un talent d'assimilation ct une perfection dexecution qui faisaient excuser la contrefaqon. Encore aujourd'hui, si reduite que soit l'industrie venitienne, elle a conserve ce precieux privilege, et surprend par Vhabileto qu'elle apporte dans ses imitations. Nous nous garderons de trahir les secrets innocents qui lui permettent encore de conserver quelques restes de sa splendeur passee; mais il est certain que les amateurs de vieux bijoux, de vieux bronzes, en trouveront toujours a Venise, comme ils trouve- ront toujours des antiques a Naples et a Rome, avec cette diffe- constater la fraude dans ces dernieres localites, et qu'a Venise, le bijou de Nuremberg que l'on fabrique aujourd'hui est, a tous cgards, egal au bijou ancien; a-t-il encore sur celui-ci l'avantage de conter beaucoup moins cher. Pendant la periode carlovingienne, les bijoux de parure pour les hommes et les femmes etaient evidemment empruntes a la fabrica- tion byzantine, avec quelques restes des traditions gallo-romaines et merovingicnnes. Ces bijoux, hormis les couronnes, bagues et colliers, etaient attaches aux vetements, en faisaient partie, pour ainsi dire. Ils consistaient en agrafes, fermaux, boutons, ornements de ceinture, passementeries d'or, ou broderies entremelees de perles et de pierreries, semis d'or attaches sur les etotfes, representant des fleurettes, des croisettes, des animaux. Tout cela elait plutot de Porfevrerie de parure que de la bijouterie proprement dite. Dans la partie traitant de Fünriivnnnin, nous donnons plusieurs exemples de bijoux appartenant a Fepoque merovingienne et carlo- vingienne. On trouve, en outre, dans le bel ouvrage de M. Labartet, d'assez nombreux documents sur la matiere, notamment les bijoux H is t (les arts industr. au moyen fige et ä l'e'poqzze de la renaissance.