437 HARNAIS cuisses tries-bas, et aux cuillers etroiles et beaucoup moins recourbees (fig. Le garrot a se prolonge jusqu'au-dessus des genoux du ca- valier par une courbure adoucie; le troussequin b, en forme do spa- tule, enveloppe le bas des reins et est plante verticalement sur la L f? _Ü hjiffhw u, fäfxm A 7 V f V "i" VVÄÄÄVKSXXx A a i; X Äi! NÜÄMJÜW;,JIP 3 l f J f f z f f kwiw u, E, ä; " iklfw "h, X fffffff Xi - w (m 7a MMX an; wÄNkXywgxx-hüjvmx-x 4L J, 11 x 1 X v A25" g T9 g [Kvxxxxxizylkä x f w wrwwwi Y W NlÜÄÜBMi-ltvinuyh) 7 Mwjw B - 5x? selle; les gardes ne descendent qu'il la hauteur des genoux. Dans le trace perspectif A, on voitune croupiere oombinee avec pentes longues Lerminees par des besanls dont le poids empeche cette croupiere de sursauter. En B, outre les renes üxees ä Fextremite des branches du mors, celui-ci est. muni d'une bride, que l'on ne voit guere adoptee avuuL le milieu du xiv" sieclea. Cette bride ainsi que la courroie 1 Manusvr. Biblioth. naliolL, Livre de chasse 2 Voyez, pour la description ddtaillüc des mors 1 de (IaSLnII Phmhxxs (fin du xIv" siüclc). sl ülricrs. les HARNAIS MILITAIRES.