331 UA IJLYYIQUE d'un goüt prononce pour les habits d'une ampleur prodigieuse, et telle qu'on ne comprend pas comment on pouvait se mouvoir sous ces amas (Petoffe. Surcols, peliqons, houppelaniles, capes, robes fourrecs, dalmaliqucs, furent de mode de 1390 111400, et il semblait "w g N W w et w Ä ÜÜ, i; l'y a 1 f 131"; IW] 3 J 1M Q lWääÄfÜÄm; l E, A , que les gentilshommes cllerchassent alors ä donner 51 ces habits le plus d'ampleur possible. Cependant, la forme de la dalmalique etait le plus rarement admise. Voici (lig. 5) un exemple remarquable de ce velement, lire du manuscrit de la Bibliollleljue imperiale, intitule ; De länformacion des roys et princes Celle dalmalirlue n'a pas de Ce manuscrit porte, ä la prl Berri, oncle du roi Charles W ctä Llcrniäl .0 Pagf la signal de Jean, duc