297 { coma ] La colle des femmes conserve, pendant les x" et x18 siäcles, la forme d'une longue tunique il manches justes sur l'avant-bras. Il ne parail pas qu'elle eut alors une ceinture. Cemil une seconde che- mise (la premiärc, un peu plus courte, älunl däsignäc sous le nom de robe-linge) "tombant jusqu'aux pieds, ne laissant que le cou dücouverl. Faite dkllofle lägbrc il petits plis, träs-ample de jupe, I igff T "f fi?! [A H 1' M BÄQ, T;5311Jf_ VIIWÄ 3'! f _t lidh RNXXI k '31! M3 Il Jf W WKK ffYn , "w 11;. fa ah 7' f vuky ä wfsf _äwi N 'Er- rsfff ' r f fffÄf X .1 iffsj-Ä! f Ü f, '{_a;ff1 elle (Huit souvent decoree de broderies au col, aux poignets et au bas de lajupe. Le col etait fendu par devant pour permettre de passer lu tete, et cette fente etait fermee par une agrafe ou un bouton. Ce veteincnt (Fig. qu'on voit si souvent retaroduit sur les bas- reliels et miniatures du x10 siecle, etait pose sous le bliaut ou seule- ment sous le manteau. Dans ce dernier cas, la taille etait serree par une ceinture d'etoll'e ou [llLllÜL par une sorte (Fecliurpe assez ample, dont les bouts tombaient habituellement par devant. Le bliuut m. 553