BLIAUT ecrins, etc. La plupart des eLoffes de soie qu'on reirouve dans les tombeaux des me et X119 siecles, ou qui, datant de cette epoque, sont conservees dans (11101611165 tresors et collections en France, en Alle- magne et en Angleterre, sont de fabrication orientale, et sont desi- M K2: V! J Af (w ÜBXX 13 8 ä l! 124W AMfWWN,äääg4 _TII f, i; x Wk-ywfffxääff ffff MM;- XX N V" XNÜ m" If? n, q?! Äffi gnees dans les romans, et meme dans les inventaires, sous le nom d'ouvrages de Damas, d'Ynde, sarrasinois. Il est evident, dapres l'examen des monuments, qu'on a fait beaucuup usage au xne siecle, en France, de ces moussclines crepees et laniees, qu'on fabriquait en Asie de temps immemorial, puisqu'on en trouve la trace dans les Sculptures assyriennes et dans les bas-reliefs de Fepoque des Sassa- nides. Les jupes et corps des bliauts que nous venons de decrire etaient certainement tailles dans ces mousselines, et ce fait ne peut laisser de doute, si l'on examine avec soin la remarquable statue de reine provenant de lI-glise Notre-Dame de Corbcil ainsi que la plupart (le celles duportail occidental de la CEIÜIÜÜFMO de (lhartres Bglise Jmnis.