39 BLIAUT des hommes et des femmes pendant les x10, X118 et x11? siecles. On trouve l'origine de ce vetement en Asie. Quelques personnages des bas-reliefs de Persepolis sont vetus de robes qui ont une ressem- blance frappante avec les bliauts portes par les gens nobles de la ün du x18 siecle. Le bliaut eLait. en effet, un vetement des classes supärieures. tirant joie ot Yemperere quant son neveu cnulaiuc ; A sm cors desarnner fu la prenxiere pains, Puis vcsli dras de lin et hliaut taint en graine i. w lseigne Jrfrais 2. Garda ä-val lfas a rivicru Si vit venir rleus damciselcs. {Tnqucs n'eut veues si helus. Yestucs furent richement, des astre De dex hliaxxs de purpre bis. Mont par avcinl hiaus les vis Ses mantiax fu ct ses hliaus D'une porprc noire, esteldc D'or, et ubtoit mie peläe 1. Dans le Roman de Raoul de Canzbrai, la Iille de Gäri : Lors a vestu .l. pelimgvou d'en-naine, Et par doseur .l. ver hliaut de siie (soie) Vairs (bleus) ot les ex, ce samhle tez jors m Par ces espuules ot jelee sa crinie Que 01e avait hirle et blonde et lrecie. De sa chambre ist (sort) tot ensi la llllJäClliÜG. La est venue ou fu la haronie, Et vit Bornier en .l. hliaut de sic w Il n'est pas D0ur prouver besoin de ciLer un que le bliaut ätait plus grand nombre d'exemples commun aux hommes et aux 1 La Chanson des Sauvons, LXXVI (XIIIÜ siecle). 2 Ibid., XXXIII. a L0 Lai de Lnnual (Podsies de Marie de France. XIHÜ SiÜIZIO). " Roman de Perceual, mauuscr. de VAI-senai. Le mot pourpre niudiquait pas, coulllw a11j0ui'd'hui_ une (foulvur se rapprochant du rouge. mais une sorte de teinture ayant 1111 evlat parlirulier. [l y avait de la POIIPDIIO noire, bise, verte, bleue, grise, etc. Voyez que dit, ä cc sujet, Lcgmuuil dläussy, Fabliazer, L. l. p. 1092 1111S51101111'133 de F1". Michel sur les dtoffes. 1' Li Romans 11e Ruuul de Cumbrfzi. ulmp. uuxLv.