ANNEAU Et du sien doit .l. anel prisl Letrü, qu'en son mal faire fist De leurs .Il. nous enlreposüs Estoit li anelK-s letrüs 1. n Quand le roi de France enlbve la lille de Gcäri pour la donner en mariage ä l'un de ses barons, celle-ci, düjii mariäe il. Bornier, rnäpond au roi qui lui propose ce riche parti ; Mcrvi, binx sire rois. N'a encore gaires que Bornier li cortois M'a espousäc; les auiax ai cs dois 1 f. 1 Une femme devenue anneaux. Il faut, donc, veuve parmi quittuit tous ses bijoux et mäme ses les anneaux, distinguer ceux qui scr- .L ma; 4m11 Liijwlnxxuuylw A Vent de üanmm 369-111, du anneaux eplscopaux, de parure, de marnage, de que; LBS, avec lellres entrelacäes, des anneaux contenant des reli- a ügure 2 presente un anneau de mariage ou de parure w: 1AWIUWHÜÜUNÜÜWVnfÄ n, 4"" -T 1"" Ü mmÜÄw "M" JÄÄWÄQIÄÄWÄW fa märovingien. Cet anneau 3 est orne d'une petite PiOFFB Clüfldran" gulaire. En A, une partie de cet anneau est grandne au LYOUPIB, üfm de faire voir le travail de ciselure. La figure 3 FGPFOÜÜÜ Un" 1 Li Romans d'Amadas et Yfloine, vers 12552 ut suiv. (XIIIÜ 2 Li Romans de Raoul de Cambrai (xmü 3 Mnsdfe dlkutun (grandeur dbxdcutiou).