362 VIE PRIVEE DE NOBLESSE FEUDALE. u Polices, anneaulz, fremillez (agrafes), a Tasses d'argent on gobelez, a Picces de cuevrechiäs entiers (coifTures menti-es). u Et aussi me fust bien mestiers rf D'avoir bourses de pierrerie, u Couteaulx ä ymagineric, Il Espingliers tailliez ä esmaulx; a Et chambre, quant j'aray les maulx u Ifenfuns, belle et bien ordonner: u De blanc camelot, et brodäe, a Et les courtines ensement, u Pigne, tressoir ' semblablement, u E1 miroir, pour moy ordonner, u D'yvoire me devez donner; f: Et Fcstuy qui soit noble et gent, n Pendu ä cheannes d'argent. v Il lui faul encore des Heures bien d'or ; puis vient le train de maison : peintes ct couvertes drap Eseuier fault et chambriere' Qui voisent 3 devant et derriere Et qui faeent vuidier les rens Et si fanlt faire grans clespens; Un clerc fault et un chapelain Qui chantera la messe au main (matin); Un queux (cuisinier), une femme de ehmnbre, Et si fault, quant je m'en remembre, lllziislre d'ostel et clacelier (chef d'office); Grunt foison grain en un celier, Bestaulx, pOlliCliiiBS, garnisons, Foings, avoines en leurs maisons, Grans chevaulx, roncins, haguenees, Salles, chambres bien ordonnees, Pour les estrangiers recevoir; Et si leur fault cneor avoir Beaux lis, beaux draps, chambres tendues, Et qu'ils mettent leurs entendues A belles tenailles et nappes. Et si fault, ains que tu eschapes, Belles ehaieres et beaux bans, 'l'ables, tretiaulx, fourmes, escrans, Dreeoirs, grant nombre de vaisselle; Maint plat d'argent, et mainte escuelle 1 Dämäluir. a Non point femme de chambre, mais demoiselle de compagnie. ' Uaccompagneut. ' Faire place.