TABLE fS go des fleurs aux convives ou representer quelque scene allegoriqtie. Il n'est pas besoin de dire que ces tables devaient etre solidement etablies. Habituellement, cependant, ces entremets, dest-a-dire ces representations entre deux services, se donnaient sur le pave de la salle, au milieu des tables disposees en fer a cheval. (Voy. le RESUME HISTORIQUE.) Les personnages qui possedaient de grandes richesses faisaient fabriquer des tables de metal, de bronze, d'or ou d'argent, qui semblent n'avoir eu d'autre tisage que de decorer les interieurs des appartements. Eginhard, en rapportant le testament de Gharlemagne, mentionne 1 l'existence de trois tables d'argent et d'une table d'or a de terme carree, sur laquelle est representee la ville de Constan- tinople, devoit etre jointe aux autres dons destines a la basilique a de Saint-Pierre de Home et y etre transportee; l'autre, de forme a ronde, ornee d'une vue de la ville de Home, devoit etre donnee a a Veglise de llavenne; la troisieme, qui surpasse de beaucoup les a deux autres par la beaute du travail comme par le poids, et qui, a tormce de trois cercles, contient une description de l'univers a entier, tracee avec autant d'art que de delicatesse, etoit destinee, a ainsi que la table d'or, que l'on a deja dit etre la quatrieme, a augmenter le lot qui devoit etre reparti entre ses heritiers et dis- a tribue eu aumones "l. a Ces tables etaient-elles montees sur pieds, ou etaient-ce des tableaux destines a etre adosses aux murs des appartements, ou des plateaux sur lesquels on apportait des fruits, des epices, des parfums, ainsi qu'on le fait encore en Orient? C'est ce que nous ne saurions decider. Toutefois il nous est reste une description d'une table d'or, enrichie de pierreries et d'un admi- rable travail, d'une epoque plus rapprochee de nous, qui etait evi- demment destinee a servir de plateau, qui se developpait au moyen de charnieres, et sur laquelle on apportait du vin, des epices, comme on le fait encore aujourd'hui avec nos tables de dejeuners, qu'un f V-ila Ifaroli imperatoris, xxxm. 2 M. Teulet, dans les notes qu'il a jointe ä sa traduction de la vie de l'empereur Charles, dit (t. I, p. 3), d'apri:s Thägnn, cliap. VIII : a Que de tous les tresors de Char- lemagne, Louis le Debonnaire ne se rescrva, en mämoire de son pere, que cette table, u formee de trois cercles, ce qui la faisait paraitre l'assemblage de trois boucliers a reunis n; et (Fapres les Annales de Saint-Bertin, qui la decrivent a comme un disque K d'argent d'une grandeur et d'une beaute remarquables, sur laquelle brillaient, sculptes a en relief et occupant des espaces distincts, la description du globe terrestre, les con- K stellations et les mouvements des diverses planetes. v