FAUTEUIL 114 par des tetes d'aigle, peut-etre, ainsi que l'observe M. Ch. Lenor- mant, en l'honneur du patron du roi, saint Jean. Au XIVB siecle, les faudestcuils royaux sont accompagnes de dos- siers avec dais et estrade; des lionccuux servent de marchepied. C'est ainsi qu'est figure le fauteuil dc Charles V sur le sceau de ce prince. La tigure 3 nous montre ce meuble, que la belle execiltion du creux permet de retablir d,une facon completc. EWÄEI9EYÄÜEÜWÄÄJHIWJEÄ1Ü'MWQ Ho "Hi V '11! Mahfzwfwzzffeswfviwwxfwr)f- f Ü 119mÄyaüww;WUWLQÜAÜHMMQÜW f U 9'151; t; -X, i, j N11 V f, (FINYWO-I 1 H 1- p N K i; f; 1_ f. M wwww f, Ä' a, l Mgxk i w ä 1. lfiqyrf! f. w 1 f E2331 .4. f? u, (l, xffiffff; l 1__ xpvfm K1 f {f Nm AVQÄWFOHIOIIÄIJWIQII r_; MwnvxFCWXXX-wjwyfqlwl T, M7 Däf X7? m 1,. 1 f Lf J, 1 jjk Mä-{ff Üzfx 'K _i_ . mi; Älwfblviffä ä v; L; Allais, vers le xve siecle, les formes du faudesteuil s'altcrent; ne conservant du pliant que l'apparence, il est accompagne de dossiers, de barres, qui le rendent fixe et lourd. Nous donnons comme un des derniers vestiges de cc meuble, un fauteuil copie sur les bas-reliefs de bois des stalles de la CLIÜIÜÜFLÜC d'Amiens (fig. 4). Il est decore de