57 [ CHAR ] assez doucement. Quelle que fut la naivete de leur structure, il est certain que les voitures des XIIIE et XIVC siecles etaiellt f0rt riche- ment decorees. rz Biaus fu li chars ä quatre roäs, a D'or et de pelles csteläs a En leu de chevaux ateläs a 0L es limons huit colombiaus a Pris en son colombier moult biaus; Au XIVC siäcle, Eustache Deschamps, dans son Mirouer de ma- riage, änumärant toutes les charges qui incombent au mari pour le mesnage soustenir avec les povnpes et grcms bobans des femmes, fait dire ä Fune d'elles : Et si me fault bien, s'il vous plest, Quant je chevaucheray par rue, Que j'aie ou cloques ou sambuez Haquenee belle et amblant, Et selle de riche semblant, A las et. 51 pendans de soye; Et se ehevauchier ne povoye, Quant li temps est fres comme burre, Il me fauldroit avoir un curre (char) A cheannes, bien ordonne, Dedenz et dehors painturä, Couvert de drap de camocas (camelot). Je voy bien femmes (Yavocas, De poures bourgois de villaige Qui l'ont bien; pour quoy ne l'aurai-go, A quatre roncins atele? n "f Il fallait donc ä une femme de qualite, au XIVe siecle, pour voya- ger, une haquenee, et un char attele lorsque le temps etait mau- vais : les petites bourgeoises en usaient bien de la sorte! Ces chars etaient generalement d'une assez grande dimension pour contenir une dizaine de personnes. La couverture etait tixee sur une armature de bois et percee de trous lateraux fermes par des rideaux Eau. f Le Roman de la Rose, descrip. du char de Venus. t. m, p. 83. 2 Manteau. n Capote pour monter 51 cheval. ' Poäsies morales et hist. d'Eust. Deschamps, ädit. p. 207. de M. Mäon (Paris, Crapclet, un vol. Paris, 1832,