Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Recherches sur le mécanisme de la circulation dans la cavité céphalo-rachidienne
Person:
Salathé, A.
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit9495/43/
CIRCULATION CÉPHALO-RACHIDIENNE. 387 
fermé supérieurement, de même que l’appareil que nous 
fixions au crâne des animaux de nos expériences, par un 
bouchon que traverse un petit tube de verre. Celui-ci pré¬ 
sente un robinet et se continue par un tube de caoutchouc t, 
que l’on peut mettre en communication avec ùn tambour 
enregistreur. 
Toutes les pièces de l’appareil étant bien' purgées d’air, on 
s’arrange de telle sorte que le niveau du liquide corresponde 
à la partie moyenne du tube T. Imprimant alors à la main 
des oscillations rhythmiques à la poire Y (1), on voit se pro¬ 
duire, en même temps que des mouvements de dilatation et 
de retrait du ballon C, déterminés par les variations d’afflux, 
des oscillations du niveau du liquide dans le tube T. Ces 
oscillations, correspondant à celles qui sont déterminées par 
l’influence cardiaque chez l’animal en vie, peuvent être enre¬ 
gistrées au même titre. 
Pour imiter l’influence respiratoire, nous avons fait passer 
le tube a par un ballon à trois tubulures, qui n’a j>as été 
représenté, pour ne' pas compliquer la figure. La troisième 
tubulure se continuait par un tube dans lequel nous aspirions 
et soufflions tour à tour, suivant le jeu naturel de notre res¬ 
piration. 
Nous avons donné naissance de la sorte à un deuxième 
ordre d’oscillations, plus accentuées, dépendant de l'influence 
respiratoire. 
La figure 193-représente un des tracés que nous avons ainsi 
obtenus. Les deux ordres d’oscillations y sont très-nets. La 
descente des grandes ondulations correspond à l’inspiration 
de même que dans les tracés de nos expériences ; leur ascen¬ 
sion est déterminée par l’expiration. Le mode de production 
de ces doubles oscillations-se comprend, sans qu’il soit encore 
(1) Nous avons représenté ici le schéma aussi simple que possible; toute¬ 
fois, nous ne nous en sommes pas tenu à la disposition figurée ici. Nous avons 
eu recours encore, soit au cœur du schéma de la circulation, du professeur 
Marcy, soit à une petite pompe aspirante et foulante. Dans ces deux cas, nous 
ne pouvions nous borner au tube d’afflux a; il fallait représenter aussi l’écou¬ 
lement veineux; ce rôle était rempli par un autre tube. Dans ces conditions, 
l'appareil, tout en se rapprochant davantage de la réalité, perdait dé sa sim¬ 
plicité; les effets étaient du reste sensiblement les mêmes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.