Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Effets des excitations des nerfs sensibles sur le coeur, la respiration et la circulation artérille
Person:
Francois-Franck
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit9493/45/
EFFETS DES EXCITATIONS, ETC. 
265 
spinal réunies dans la branche interne qui constituent les 
véritables fibres modératrices du tronc du pneumogastrique. 
Cependant il est difficile de concilier cette donnée devenue 
presque classique avec les résultats qui découlent des belles 
recherches du professeur Bernard (1). J’ajouterai que tous 
les physiologistes n’acceptent pas les conclusions de Waller, 
et j’ai sous les yeux un travail du professeur Giannuzzi (2), 
dans lequel il est dit expressément« La section du spinal cl la 
dégénérescence des Irlels qu’il fournit ait pneumogastrique 
n’empêchent tipa»l’ekbitation du bout périphérique de ce der¬ 
nier nerf.d’affirs;'Smpdè’ coeur. » 
J’ai donc répété:;sur plusieurs animaux l’arrachement du 
spinal par le procédé du professeur Bernard, sans ouvrir le 
crâne : deux fois seulement l’opération a bien réussi, comme 
j’ai pu le constater tout d’abord par l’examen sous l’eau de.s 
filaments qui terminaient le tronc nerveux arraché, et plus, 
tard parla dissection du bulbe et de la partie supérieure de la 
moelle. 
Les animaux chez lesquels f arrachement du spinal gauche 
a réussi avaient subi cinq jours auparavant la section du 
pneumogastrique droit : par conséquent, une semaine après 
l’arrachement du spinal, ils pouvaient être considérés, si la 
théorie de Waller était juste, comme incapables de réagir par 
un arrêt ou un ralentissement du cœur, aux impressions dou¬ 
loureuses. 
Les expériences ordinaires furent répétées sur eux, et l’on 
voit, dans la figure 132, que l’excitation nasale avec l’ammo¬ 
niaque (E) ne modifie plus le rhythme du cœur (ligne G), tan¬ 
dis que la respiration (ligne R) se suspend toujours comme si 
l’animal était intact. 
(1) Ci. Bernard. Sys: nerv., pass. Discussion des conclusions de Bis- 
choff : et La branche interne du spinal est racine motrice du pneumogas¬ 
trique, etc. » 
Cl. Bernard considère la branche ■ interne comme destinée uniquement aui 
larynx, et rappelle que chez le chimpanzé la branche interne va directement 
au larynx sans se jeter dans le pneumogastrique (Vrolik). 
(ij Giannuzzi, Siena, Roma, 1872. -- Ccnlralblatl, 1878, anal, in Revue 
Bayern, 1874,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.