Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Effets des excitations des nerfs sensibles sur le coeur, la respiration et la circulation artérille
Person:
Francois-Franck
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit9493/33/
EFFETS DES EXCITATIONS, ETC. 
253 
Me fondant sur cette considération, que l’arrêt du cœur s’ob¬ 
tient beaucoup plus sûrement et est beaucoup plus considé¬ 
rable quand on irrite l’intestin enflamme de la grenouille que 
quand on excite l’intestin fraîchement exposé à l’air, je repris 
les expériences qui ne m’avaient donné qu’un résultat négatif 
sur le lapin : au lieu d’exciter le péritoine ou l’estomac récem¬ 
ment mis à nu, j’irritai ces parties après avoir attendu 24 heures 
à partir du moment de l’ouverture de l’abdomen. 
Le péritoine était à ce moment le siège d’une violente inflam¬ 
mation, et, en écartant les lèvres de la plaie abdominale, j’ai 
pince la petite portion d’estomac qui se présentait. La figure 
124 montre le ralentissement du coeur que produisit.ee pince¬ 
ment fait au point P. 
Fig. 124. — Ralentissement (lu cœtir et' arrêt de la respiration produits par le pincement, au 
point P, du péritoine enflammé. (Héliogravure.) 
La percussion de la paroi abdominale, produite pour imiter 
le choc épigastrique chez l’homme, a été suivie de mouvements 
généraux tellement violents que les pulsations du cœur né 
purent être recueillies, mais toutes les irritations mécaniques 
directes de l’intestin enflammé ont produit des troubles car¬ 
diaques au moins aussi notables que celui qui est indiqué 
figure 124 (1). 
(1) Les injections d’eau glacée dans l’estomac tout fraîchement ouvert ou 
dans le péritoine enflammé n’ont point donné lieu à des troubles cardiaques 
appréciables. 
On sait que l’ingestion d’eau très-froide a été quelquefois suivie chez l’homme 
de syncopes plus ou moins prolongées, dans certains cas même de mort su¬ 
bite. Je n’ai pu observer de phénomènes analogues, peut-être parce que les 
animaux en expérience ne présentaient pas les conditions de suractivité cir¬ 
culatoire toujours notées chez les personnes qui ont éprouvé des accidents. 
(Voy. les théories du mode d’action des ingestions froides: 
— Dreschfelds (Roch, du Laboratoire de Würzbourg, 1867.) 
— R. Ganz (Pfliiger's Archiv. 1871, p. 8-13). 
— Mayer et Pibram. (Centralblatt, 1873, p. 200). 
— Oswald Naumann P Mger’s Arch. 1871-1872).
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.