Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Effets des excitations des nerfs sensibles sur le coeur, la respiration et la circulation artérille
Person:
Francois-Franck
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit9493/20/
240 FRANÇOIS-FR AN CK. 
III. — Excitation des nerfs laryngés. 
Le spasme respiratoire, provoqué par.l’introduction de sub¬ 
stances étrangères dans la partie supérieure du larynx, est un 
fait .bien connu, et l’extrême sensibilité du nerf laryngé supé¬ 
rieur qui se distribue à la muqueuse de la portion sus-glol- 
tique a été maintes fois constatée (1). 
On.a été frappé, au contraire, de la. tolérance des régions 
sous-glottiques du larynx et delà muqueuse trachéale inner¬ 
vées par le laryngé récurrent. ,ï 
Pour déterminer, dans mes expériences, la différence des effets 
produits par l’excitation isolée de chacun dé ces départements 
nerveux, j’ai trachéotomisé les animaux à la partie inférieure 
du cou et préparé soigneusement les nerfs laryngés supérieurs 
La syncope peut être passagère, mais malheureusement, l’arrêt du cœur sous 
le chloroforme est presque toujours, comme l’a noté Billroth,‘un arrêt défi¬ 
nitif. • .. 
(1) 'L’intensité des effets produits sur la respiration par l’excitation des ré¬ 
gions innervées'soit par le laryngé supérieur, soit par les filets pharyngiens 
du nerf pneumogastrique a été rappelée par Trousseau dans sa belle leçon sur 
l’jasthme (a). Traitant des asthmatiques par l’attouchement du pharynx avec un 
pinceau chargé d’ammoniaque en solution concentrée, (procédé qui avait valu 
à' son auteur, Ducros ,(de Sixt)' une certaine notoriété à cause d’un' succès, chez 
Madame Adélaïde d’Orléans, sœur de Louis-Philippe), Trousseau.provoqua.dés. 
accès'd’orthopnée épouvantables) ' / • " . 
(Gl. Bernard dit au même sujet'(h) : « Comme il arrivé toujours pour les nerfs) 
sensitifs, ces'irritatiohs.se propagent par actions réflexes ; elles réagissent sur" 
le cœur’ et les mouvements respiratoires, et. il en peut résulter des accidents, 
mortels tout'à 'fait analogues à ceUx/qui .se produisent , quelquefois pendant 
l’ànesthésie par le chloroforme. » M. Bernard rappelle aussi les tentatives , de 
Ducros (c) : « Avec de l’ammoniaque introduite à l’aide d’un pinceau dans l'ar¬ 
riéré gorge, Ducros produisait des phénomènes analogues à ceux que nous ve¬ 
nous de décrire et qui allaient quelquefois jusqu’à la syncope. » 
; Je ne sais1 si ces accidents sont réellement dus à l’irritation des plexus pharyn¬ 
giens; én effet, dans la série d’expériences exécutées sur ce sujet j’ai vu qu’en 
renversant le larynx en avant,etenportant.le pinceau d’ammoniaque sur le fond 
du pharynx, je ne déterminais les troubles respiratoires et cardiaques ordi¬ 
naires que quand j’effleurais l’épiglotte ou là muqueuse sus-gloltique : en pré¬ 
servant ces parties, l’attouchement du pharynx lui-même ne m’a paru produire 
aucun effet de ce genre. 
.{«) ïroasseau, Clin, méd., l. II, p. 47t. Edition 186s. ’ ? • 
(*)' Cl. Bernard, Anesthésiques, p. oe,. 
(c) Ducroa, Compte rend. Acad. Se. 18-iä, t. XV, p. S98.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.