Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Recherches sur les nerfs vasculaires de la tète (Suite (1))
Person:
Francois-Franck
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit9489/7/
285 
NERFS VASCULAIRES TIE LA TÊI'E. 
glion ophthalmique, et filets entourant les artères), soit par le 
trijumeau. 
Les phénomènes qui suivent immédiatement les .sections 
du trijumeau (1) semblent donc pouvoir être rapportés à la 
suspension d’action des fibres vaso-motrices contenues dans 
ce tronc nerveux. Mais quand il s’agit d’interpréter les trou¬ 
bles de nutrition consécutifs, on hésite à les faire d’emblée 
remonter à la même cause. Nous ne devons cependant point 
oublier que les altérations graves du globe oculaire ont été 
notées à la suite d’hémiséctions du bulbe (2), à la suite de 
lésions de la moelle dans la région cervico-dorsale (3), c est- 
à-dire après lésions des centres d’origine des .nerfs vasculaires 
de l’œil. Dès lors les sections du trijumeau pourraient pro¬ 
duire les désordres nutritifs du côté de l’œil par la section 
simultanée des fibres vaso-motrices : quand la section porte 
sur le ganglion de Gasser ou au delà du ganglion, d’une part 
elle supprime un plus grand nombre d’éléments vasculaires 
à cause des anastomoses qui se font en ce point (V. S.), d’au¬ 
tre part, les désordres sont activés et plus considérables parce 
que les filets nerveux séparés du ganglion s’altèrent, comme 
Waller l’a démontré pour les nerfs spinaux. — Sans doute il 
faut faire, dans la production de ces altérations consécutives, 
une large part à l’état général de l’animal, et Cl. Bernard a 
mis souvent ce fait en lumière ; il ne faut pas non plus négli¬ 
ger (4) l’anesthésie de la cornée et dë la conjonctive, qui, ne 
sollicitant plus l’occlusion des paupières, laissent le globe de 
l’œil exposé aux influences extérieures,traumatiques ou autres. 
Mais là n’est point assurément la cause fondamentale des al¬ 
térations consécutives à la section du trijumeau, car après la 
section du facial tout seul on ne les observe pas (5). 
(1) Cl. Bernard (Syst. nerv. pass.). 
(2) Schiff. Mémoire cité. 
(3) Brown-Sequard (Paraplégie, 1864). 
(4) Brown-Sequard, J. Physiol.. 1858, rappelle qu’il avait montré à Magendie 
que chez les grenouilles les yeux restaient à l’état normal tant que les animaux 
étaient tenus dans une atmosphère froide, humide et dans 1 obscurité. 
Et Snellen (Rech, sur l’inü. des nerfs sur l'inßam. ,(Arch, f. d. Holl. Bei¬ 
trage, 1857) a vu l’inflammation do la cornée ne se produire que dans les 
yeux exposés au contact de l’air. 
(5) Cl. Bernard, Syst, nerv., t. II, p. 33.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.