Bauhaus-Universität Weimar

MATIEY. 
'•50 
sentée figure 31, avec ses sinuosités graduellement ascen¬ 
dantes jusqu’à ce que survienne le régime régulier du phé¬ 
nomène. Or, imaginons qu’au lieu d’être libre dans son 
excursion, le myographe ne puisse se mouvoir qu’entre deux 
obstacles de façon à n’inscrire ses tracés qu’entre les lignes 
parallèles a et b. 
Fig. 31. — Addition des secousses musculaires inscrites au moyen d’un myograplic dont les 
excursions seraient limitées entre les lignes a et b. 
Au lieu de la courbe complète, l’instrument ne tracera plus 
que la partie teintée de hachures comprise entre les limites 
extrêmes de ses excursions. On y verra, en apparence, un 
accroissement de la durée des périodes de raccourcissement 
du muscle par rapport à celles de relâchement, mais ce ne 
sera qu’une apparence, et l’intensité des raccourcissements 
musculaires aura seule varié en réalité. 
Une fois qu’on est familiarisé avec cette manière d’inter¬ 
préter les courbes du signal électro-magnétique, on voit 
presque toujours que le phénomène d’addition des flux se 
Fig. 32. — Trois décharges de Torpille au début des'iuelles s’observe l’addition des flux. 
produit quoiqu’à des degrés divers. Ainsi, dans la figure 32, 
trois décharges ont été inscrites ; sur chacune d’elles on 
remarque une moindre hauteur du premier signal, ce qui 
tient à ce que le flux électrique du début n’avait pas à lui seul 
l’intensité suffisante pour imprimer au style toute son excur¬ 
sion. Mais les flux suivants gagnent de l’intensité : l’excursion 
du style est complète pendant tout le reste de la décharge.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.