Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La circulation du sang a l'état physiologique et dans les maladies
Person:
Marey, Étienne Jules
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit4268/708/
LA CIRCULATION DU SANG. 
698 
mogrammes obtenus sur des malades atteints de lésions complexes 
des orifices aortique et mitral. Chez les deux premiers, l’insuf¬ 
fisance aortique prédominait et l’affection mitrale était peu 
avancée1. 
Chez les nos 3 et 4 l’insulfisance mitrale était extrêmement pro¬ 
noncée, et chez le n° 3 la double lésion se compliquait d’une ossi¬ 
fication de l’aorte et des gros vaisseaux. Cette complication 
existait à un degré beaucoup moindre chez le n° 4. 
On voit que l’inscription du pouls révèle bien des détails dans 
ces mouvements tumultueux qui échappent au toucher. N’en sera^ 
t-il pas de même de l’inscription des pulsations cardiaques, et, 
mieux encore, de la combinaison de plusieurs inscriptions à la 
fois ? Presque tout est à explorer dans ce vaste champ d’études. 
J’aurais pu citer beaucoup d autres malades qui impriment a la 
pulsation du cœur ou au pouls des artères des formes intéres¬ 
santes à étudier : ainsi, la dilatation des cavités droites du cœur, 
la péricardite, les épanchements du péricarde, la communication 
congénitale des deux ventricules, la persistance du canal artériel, 
etc. Mais je ne possède relativement à ces différentes maladies 
qu’un nombre insuffisant d’observations ou d expériences. On 
trouvera, relativement à certains points qui n’ont pas été traités 
dans cet ouvrage, quelques renseignements dans les travaux de 
mon laboratoire, mais la plupart des tracés que j ai recueillis ou 
qui m’ont été communiqués attendent, dans mes registres, le 
moment où la réunion d’un nombre suffisant de documents du 
même genre permette à quelqu’un de les utiliser. 
Je borne donc ici l’exposé des applications de la méthode gia- 
phique à la pathologie, et souhaite que ces études servent bientôt 
de point de départ à de nombreux travaux. 
1 Le n° 2 avait à l’orifice aortique un souffle systolique d’après lequel on admettait 
l’existence d’un rétrécissement, mais il ne faut pas attacher à ces souffles systoliques 
dans l’insuffisance aortique une signification particulière, ils semblent résulter de la 
faible tension artérielle, § 485, qui tient elle-même au reflux du sang dans le ventri¬ 
cule. On fait naître un double souffle à l’orifice aortique des animaux par la simple 
rupture des valvules sigmoïdes de l’aorte, et pourtant il est bien certain que cette 
esion n’a pas amené un rétrécissement de cet orifice.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.