Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La circulation du sang a l'état physiologique et dans les maladies
Person:
Marey, Étienne Jules
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit4268/689/
CHAPITRE XLI. 
679 
tisme, l’onde secondaire, § 163, n’a plus de point d’appui pour s é- 
lancer dans l’aorte quand les valvules sont mal closes, de sorte 
que, plus l’insuffisance est prononcée, plus le dicrotisme est dimi¬ 
nué : il est déjà éteint dans le n° 3 de la figure 326. 
£ 492. — Retentissement de la systole de l'oreillette dans le tracé 
du pouls artériel, dans les cas de large insuffisance aortique. — A 
l’époque où le professeur J. Renaut (de Lyon) était chef de clinique 
à la Charité, il m’apporta un sphygmogramme recueilli sur la 
carotide d’un malade atteint d’insuffisance aortique. On y voyait, 
avant le début de chaque pulsation, une ondulation très pronon¬ 
cée qu’il supposait produite par un retentissement de la systole 
de l’oreillette sur la pression artérielle. En effet, dans l’insuffisance 
aortique, au moment où la systole de l’oreillette se produit, rien 
Fig. 327. Pulsation du cœur (ligne supérieure) et pouls carotidien (ligne inférieure) dans un cas de 
large insuffisance aortique. (On voit en o o, sur le tracé carotidien, le retentissement de la systole 
de roreillette.) 
n’empêche le mouvement de se transmettre aux artères, puisque 
celles-ci communiquent ^vec le ventricule, de telle sorte que si 
l’oreillette a assez de force pour envoyer du sang dans le ventri¬ 
cule, elle doit élever aussi la pression dans l’arbre artériel. Le cas 
observé par Renaut ne resta pas longtemps isolé; François-Franck 
en rencontra d’autres, moins nets, il est vrai, mais très con¬ 
cluants1. 
L’un de ces cas est consigné dans une thèse de doctorat soutenue 
en 1878 par Debord : nous le reproduisons (fig. 327). 11 est évident 
que la production de ce signe correspond aux plus hauts degrés 
1. Du reste on reproduit sur le schéma cette forme du pouls lorsqu’on a créé une 
nsuffisance aortique. Il faut toutefois donner à la systole de l’oreillette plus de force 
qu’à l’état normal, ce qui semble prouver qu’une hypertrophie de l’oreillette doit 
exister quand on observe sur le vivant le retentissement de son action sur le pouls.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.