Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La circulation du sang a l'état physiologique et dans les maladies
Person:
Marey, Étienne Jules
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit4268/591/
CHAPITRE XXXV. 
581 
distinguer de celui qui dépend d’un spasme vasculaire. Sur un 
animal soumis à d’abondantes pertes de sang, l’abaissement de la 
tension artérielle, l’accroissement de la fréquence du pouls, mon¬ 
treraient qu’il ne s’agit pas d’un obstacle produit primitivement 
par le resserrement des petits vaisseaux. Sur l’homme, en lab- 
sence d’un moyen direct de mesurer la tension artérielle, on 
sera renseigné par la fréquence du pouls qui est augmentée 
après une hémorrhagie, tandis qu’elle est diminuée dans l’algi— 
dité provenant d’un resserrement vasculaire, comme celle du 
mal de mer ou de quelques empoisonnements. 
Dans certaines maladies, l’algidité semble avoir une cause com¬ 
plexe. Ainsi, dans le choléra, l’existence d’un spasme vasculaire 
paraît incontestable, mais il s’y joint une notable diminution de 
la masse du sang. C’est avec raison qu’on a appelé hémorrhagie 
séreuse la perte considérable de liquide par les déjections intes¬ 
tinales des cholériques. La diminution de la masse du sang qui 
en résulte doit compenser les effets ;du resserrement vasculaire, 
et maintenir une pression assez basse dans les artères1. On s’ex¬ 
plique ainsi que le pouls garde souvent une assez grande fréquence 
dans la période algide du choléra. 
Enfin, il est encore une autre cause qui tend à ralentir la circu¬ 
lation générale, c’est l’existence d’un obstacle à la circulation pul¬ 
monaire. On a vu § 290 que si l’on oblitère les vaisseaux du poumon, 
soit par l’introduction de matières pulvérulentes dans les artères 
pulmonaires, soit par l’injection de certaines substances comme 
l’ergotine, soit par l’augmentation de la pression de l’air à l’in¬ 
térieur du poumon §289, le cours du sang se ralentit dans la petite 
circulation, et le cœur gauche, ne recevant plus qu’une quantité 
trop faible de sang, n’envbie dans les artères que des ondées in¬ 
suffisantes. 
Dans bien des cas, un obstacle à la circulation pulmonaire 
s’ajoute aux autres influences qui produisent l’algidité, de telle 
sorte que lescauses de cet état sont extrêmement complexes, et qu’il 
esL difficile de faire la part de chacune d’elles. Le choléra, par 
exemple, présente parfois, à un haut degré, cette gêne de la circu¬ 
lation pulmonaire. Outre la constatation qu’on a faite maintes fois, 
à l’autopsie des cholériques morts en algidité, d’une réplétion 
1. Cet abaissement de la pression du sang dans les artères a été du reste constaté 
directement par Magendie sur un cholérique.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.