Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
La circulation du sang a l'état physiologique et dans les maladies
Person:
Marey, Étienne Jules
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit4268/210/
200 
LA CIRCULATION DU SANG. 
çois-Franck. Buissonl, le premier, eut l’idée d’inscrire les mouve¬ 
ments d’expansion et de retrait du membre en mettant une sorte 
de ventouse de Junod en rapport avec un tambour à levier inscrip- 
teur. Il obtint ainsi une ligne sinueuse dont chaque petite ondu¬ 
lation correspondait à une révolution du cœur, mais Buisson ne 
donna pas de suite à ses recherches2 qui furent reprises par 
François-Franck et poursuivies par ce dernier avec beaucoup de 
soin. Nous reproduisons (fig. 99) l’appareil destiné à inscrire les 
changements de volume de la main. 
Appareil inscripteur des changements de volume des organes. 
§ 127. — Un vase de verre cylindrique est fermé par en haut au 
moyen d’une membrane de caoutchouc percée d’un trou assez 
large pour qu’on y puisse introduire la main. A l’intérieur du 
vase est une traverse de bois horizontale qu’on saisit pour im¬ 
mobiliser la main dans l’appareil. Un opercule de cuivre à deux 
valves échancrées se rabat sur la membrane de caoutchouc, lais¬ 
sant libre seulement une ouverture par laquelle passe l’avant- 
bras. Le vase est rempli d’eau et celle-ci s’élève dans une boule 
de verre qui communique par un tube avec un tambour à levier 
inscripteur. (Ce tambour n’est pas représenté dans la figure 99.) 
Les mouvements d’expansion et de retrait de la main font oscil¬ 
ler continuellement le niveau de l’eau dans la boule. De ce va-et- 
vient de la surface liquide résulte un déplacement de l’air qui se 
rend au tambour à levier et l'oscillation de la plume s’inscrit sui¬ 
vant les procédés ordinaires. 
On recueille ainsi des tracés dont la figure 100 donne un spé¬ 
cimen ; les oscillations sont rythmées avec les mouvements du 
cœur. 
l’avant-bras déplaçait un certain volume d’eau dont on évaluait la vitesse de dépla¬ 
cement. (Les dessins de ses appareils ont été représentés dans la thèse de A. Suc, Paris, 
1879.) Fick reprit la question sans connaître le travail de Chelius; il donna la descrip¬ 
tion de son appareil (fig. 98) dans les Comptes rendus de son laboratoire, Zurich, 1869. 
Chelius introduisait le bras dans un manchon de verre dont le bord s’adaptait exac¬ 
tement sur la peau au moyen d’un anneau de caoutchouc. Le manchon de verre était 
plein d’eau et relié à un tube en U formant manomètre inscripteur. 
1. Buisson, Thèse inaugurale. Paris, 1862, p. 22. 
2. On trouvera un historique complet de cette question dans un mémoire de François- 
Franck sur le volume des organes dans ses rapports avec la circulation du sang._ 
Trav. lab., t. II, p. 7, et dans la thèse de A. Suc, Paris, 1879.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.