Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'orgue. Ses éléments, son histoire, son esthétique
Person:
Cellier, Alexandre Bachelin
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39818/55/
50 
L’ORGUE. 
cathédrale d'Amiens, le buffet, qui date de la premiere moitié du XV siede, offre un 
exemple de cette disposition. Les tourelles reçoivent de preference les plus gros qu on 
appelle « trompes ». Les uns sont en étain, peints ou dores, les autres en plomb. Vers 
l’an 1400 le buffet était « un objet d’art précieux que 1 on couvrait de housses ou de 
rideaux, de panneaux mobiles ou de volets eux-mêmes peints de su,ets divers ». Quant 
à la décoration, il ne nous reste aucun spécimen authentique de 1 orgue au Moyen Age 
excepté peut-être'l’orgue de la chapelle de Sainte-Catherine, a Sion, Valais (Suisse), J 
le ne me flatte point de détruire les lieux-communs qui ont cours touchant la piete 
du Moyen Age. A quiconque les accepte, ils épargnent la peine de lire c est-a-dire hde 
se documenter, et de réfléchir, c’est-à-dire de contrôler. Si le Moyen Age fourmille de 
saints et de saintes, c’est qu’on y canonisait à peu près sans contrôle. S il eleva tant de 
belles églises, c’est qu’elles étaient alors à destinations multiples : halles, lieux de reumo , 
forteresses. Elles étaient vraiment maisons communes : la piete telle que nous la conce¬ 
vons aujourd’hui n’eut pas, à leur édification, une part prépondérante. Il sen faut qui! 
y ait eu le meme silence, le même recueillement que de nos jours. A s etonnei' de la 
présence des registres et du décor, que nous allons voir, dans les orgues de la fin du Moyen 
Age et de la Renaissance, et même, un peu, de 1 Ancien Regime, il n y aura que ceux 
- d’ailleurs, ils sont légion, - qui vivent sur les lieux-communs. On s en rend compte 
à lire, entre mille et une autres, la protestation de M. Couwenbergh, chanoine regulier 
de l’Ordre des Prémontrés. Il déplore qu’on ait converti « les buffets d orgue en vrais 
théâtres de marionnettes ». Toute cette décoration prouve « à quel point de decadence 
peut s’abaisser l’art religieux dans son essence, au fur et à mesure du depenssement de 
la foi ». Ce qui ne l’a pas empêché de déplorer, 8 pages en deçà, que les heretiques du 
XVIe siècle aient voulu « enlever au peuple ses pratiques les plus saintes ahn d etemdre 
peu à peu dans le cœur cette foi simple et naïve qui faisait le charme de la vie et des 
mœurs au Moyen Age ». Pour l’orgue, « la sainteté de sa destinée, la protection de Eglise 
catholique qui l’avait adopté à l’exclusion de tous les autres instruments, furent aux yeux 
des sectaires des griefs suffisants pour jurer sa perte ». On ne saurait se contredire, par 
ignorance, de façon plus... naïve. J’aurais l’impression de perdre mon temps a discuter 
de telles sornettes. Je dirai pourtant qu’il est diabolique, de ce point de vue, que ce soit 
précisément des rangs de ces « sectaires » que soit sorti le plus grand organiste et le plus 
grand compositeur de musique d’orgue que nous ayons eu jusqu aujourd hui, et qui 
s’appelle Jean-Sébastien Bach. , 
Aux XVe et XVIe siècles le buffet offrait une richesse et un éclat dont nous n avons 
plus le moindre soupçon; il en resta quelque chose jusqu’au XVIIIe. C’est un rideau de 
toile vermeille semée de fleurs de lys et de clefs d’argent qu’on coule devant la Montre 
à la fin des offices ; c’est une draperie en imitation d étoffe d or ; ce sont des rideaux d azur 
tout parsemés de sceptres, et de fleurs de lys encore. Les tuyaux apparents sont peints 
en vermillon, dorés, enrichis de divers ornements, semes de fleurs de lys d or, azures. 
Ils sont argentés, ou même en argent. Ils sont aussi blanc et or. Le buffet lui-même est 
rehaussé d’or, d’azur, avec des moulures vertes et rouges. Je dis bien qu aucun e nos 
buffets ne nous donne plus la moindre idée d une telle richesse ni d un tel éclat, out 
s’est uniformisé et engrisaillé de façon regrettable : il en va du costume de 1 orgue comme 
du nôtre. ,. 
Et les figures peintes sur les volets mobiles! De la France presque tous ont disparu.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.