Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'orgue. Ses éléments, son histoire, son esthétique
Person:
Cellier, Alexandre Bachelin
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39818/27/
22 
L’ORGUE. 
8, mais donnant un excellent résultat, surtout pour un clavier dont les basses peuvent 
se passer du volume et de la profondeur des 16 pieds réels. — Dans les églises, la fer¬ 
meture de la boîte ne doit pas être aussi hermétique que dans des locaux de moindre 
importance; sinon, le pianissimo serait imperceptible. D’ailleurs, c’est surtout par 
l’épaisseur des lames, ou par une construction spéciale de parois doubles remplies de 
liège, de matières feutrées, qu’on obtient une différence sensible entre la boîte ouverte 
et la boîte fermée. 
c) Po. — Dans les anciens instruments il groupait les jeux de moyenne force et de 
caractère intime, « jouant, par rapport au G.-O., le rôle du Concertino de l’orchestre de 
Bach et des anciens Italiens par rapport aux Tutti ou Ripieni. Il servait surtout de clavier 
d’accompagnement et, pour cette raison, était placé au niveau de la tribune, dans le dos 
de l’organiste, [ !] dans un petit buffet 
séparé ». C’est, somme toute, « un petit 
orgue dont les tuyaux sont absolument 
séparés du grand, et qui, dans les 
anciennes orgues de France, est placé 
sur la partie avant de la tribune (...). 
Les deux orgues peuvent, à la volonté 
de l’organiste, parler ensemble ou sépa¬ 
rément ». Le Po. moderne diffère peu 
de l’ancien quant aux jeux qui lui sont 
attribués; la coutume se répand de le 
construire expressif, comme le Récit, 
surtout lorsqu’il n’a pas de buffet 
séparé. 
d) Bo. — On y trouve surtout les 
gros jeux d’anches et de fond à forte 
pression, en particulier la Bombarde, 
d’où il tire son nom. 
Quant au clavier d’Écho, on ne le 
trouve plus, en France, que dans les instruments anciens où, comme le Récit, il 
n’avait souvent que la moitié de l’étendue sonore des autres claviers, tout en ayant le 
même nombre de touches. L’orgue de tribune de la cathédrale d Albi en possède encore 
un, où le facteur Puget a utilisé les jeux de l’ancien Positif. 
2. Pédalier. — Il ne contribue pas médiocrement à assurer à 1 orgue sa forte person¬ 
nalité, car « il groupe les jeux les plus graves, basse magnifique inexistante à 1 orchestre. 
L’organiste le plus inexpérimenté cherchera toujours instinctivement à allier la basse 
de 16 de pédale aux jeux manuels. Dans le moindre instrument à 2 claviers il doit y avoir 
une Soubasse de 16; dans les grandes orgues on aura, à côté des 32 pieds de fonds et 
d’anches, une Flûte et un Clairon de 4, et même des Mixtures, en plus des 8 pieds ». 
Le nombre de ses touches varie de 27 à 30, bien que 1 habitude se répande de le construire 
à 30, ut1 à sol3. Le Congrès de musique religieuse de Malines, dans sa séance du 
1er septembre 1864, a décidé que tous les pédaliers seraient faits de façon uniforme; on 
ne saurait affirmer que cette décision ait été partout ni toujours suivie d effet. 
Dans toutes les moyennes et grandes orgues, le pédalier est séparé, c est-à-dire qu il 
Console d'orgue électrique moderne, montrant les registres et 
boutons de combinaison, les pistons-pédales et les bascules 
de boîtes expressives. 
(Communiqué par le facteur L.-E. Rochesson.)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.