Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
L'orgue ancien et moderne. Traité historique, théorique et pratique de l'orgue et de son jeu
Person:
Couwenbergh, Hilaire Victor
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39816/257/
22 I 
vement ne se communiquant par les leviers du moteur, aux registres 
des sommiers. C’est ce qui se fait au moyen des registres de combinaisons, 
qu’il ne faut pas confondre avec les pédales du même nom, dont nous 
venons de parler. Ces registres sont en communication avec une sou¬ 
pape d’arrêt, placée sur la valve d’entrée du vent, dans le sommier 
des moteurs. Cette soupape reste fermée jusqu’à ce que l’exécutant 
vienne à tirer le registre de combinaison ; alors le vent se précipite 
dans l’appareil, et immédiatement tous les registres dont les boutons 
sont tirés, s’ouvrent et ceux dont les tirants sont poussés, exécutent 
la manœuvre inverse. Le côté pratique de cette ingénieuse trouvaille 
de M. Cavaillé-Coll est, qu’on peut tout en jouant et sans changer de 
clavier, pousser le registre de combinaison et sans en sentir encore l’effet, 
pousser les registres tirés et en ouvrir d’autres, pour une nouvelle com¬ 
binaison, sans dénaturer en rien l’ancienne aussi longtemps que le vent 
est tenu hors de l’appareil moteur. Mais aussitôt que le registre de 
combinaison est ouvert, le vent gonfle les récipients suivant la nouvelle 
dispostion, c.-à-d., certains soufflets moteurs correspondants aux registres 
fermés s’affaisseront en entraînant chacun son registre respectif, tandis 
que les soufflets correspondants aux registres tirés se gonfleront et ou¬ 
vriront en même temps les registres des sommiers. Cette substitution 
d’une série de jeux à une autre sur le même clavier, se fait en un 
clin d’œil, à la volonté de l’organiste. M. P. Schyven et Cie, d’Ixelles- 
Bruxelles, par sa nouvelle application du sommier à pistons, est par¬ 
venu aux mêmes résultats tout en économisant ces séries de moteurs, 
qui augmentent considérablement le prix de l’orgue et entraînent une 
complication notable du mécanisme. Par suite de ce système la traction 
des registres s’opère par l’abaissement d’un simple levier, que le plus 
léger effort du doigt peut accrocher. Ce levier ouvre une série de pis¬ 
tons, qui remplacent les registres à coulisses ordinaires. Toutefois ce 
système n’est pas entièrement recommandable, sous d’autres points de 
vue que nous expliquerons ailleurs. Ce système comprend en outre une 
machine à combinaisons mue par ces leviers. L’organiste peut, par exemple, 
en ouvrant le premier levier obtenir tous les jeux de fonds de l’orgue, 
par le deuxième les jeux d’anche, par le troisième telle combinaison de 
jeux voulue. Ces combinaisons varient à l’infini et s’obtiennent sans 
devoir tirer un seul registre, par le seul accrochement du levier de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.