Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Nouveau manuel complet de l'organiste praticien
Person:
Schmitt, Georges
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39809/438/
INTRODUCTION. 
Thimothée, célèbre facteur qui vivait à cette même 
époque, avant trouvé dans l’orgue de l’évêché de 
Wurtzburg un ancien sommier, il l’arrangea de ma¬ 
nière à ce que les tuyaux pussent parler, il con¬ 
struisit un registre et une soupape pour chaque 
tuyau. Ce sommier, refait ainsi, fut admiré par les 
Hollandais, et des gens des Pays-Bas et du Brabant 
qui vinrent le voir, étudièrent la méthode du fac¬ 
teur et en prirent le plan. 
Cette invention nouvelle ne fut connue en France 
que bien longtemps après. 
Pérault, dans sa traduction deVitruve, laquelle 
fut imprimée pour la seconde fois en 1684, témoi¬ 
gne que les orgues de Notre-Dame de Paris et de 
Rems ne possédaient qu’un seul jeu de 20 tuyaux 
sur chaque marche, et sans aucun registre. Mais nous 
avons tout sujet de penser que Pérault se sera trompe 
en croyant qu’il n’y avait point d’autres registres dans 
ces deux orgues ; car ces 20 tuyaux sur marche étaient 
vraisemblablement un plein jeu. 
Il faut de toute nécessité qu’il y ait, eu des claviers 
pour faire ouvrir les soupapes dès que l’on eut ima¬ 
giné de faire parler les tuyaux, non point -tous, a la 
fois, comme paraissent le croire quelques historiens, 
mais chacun à son tour, selon la musique à exe 
c ut CI*. 
On doit penser que les claviers sont aussi anciens 
que les soupapes. . , 
Ils devaient être très-grossièrement construits dans 
le principe. Tant qu’ils n’eurent qu’une octave d’é¬ 
tendue, on les touchait de la main droite. Plus tar
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.