Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Travail et Plaisir. Nouvelles études expérimentales de psycho-mécanique
Person:
Féré, Charles
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39804/217/
TRAVAIL ET PLAISIR 
m 
procher de la colère, émotion sthénique secondaire. C’est un point sur 
lequel nous insisterons dans un autre chapitre. 
Toute excitation entraîne une exagération des phénomènes vitaux en 
général et par conséquent des combustions excessives qui ont pour 
effet un besoin proportionnel d’absorption. 
Les excitations sensorielles ont une valeur au point de vue de la mise 
en train : leur effet est transitoire, mais il peut suffire à déterminer une 
suractivité qui s’étend aux fonctions de nutrition et peut être utile pour 
un temps. En outre elles sont capables d’amener une modification de 
l’orientation des idées et du ton émotionnel qui persiste avec ses effets 
généraux, quand l’excitation a cessé. 
Ces effets des excitations sensorielles indiquent qu elles méritent d’être 
étudiées au point de vue de leur utilisation. Les sciences ont commencé 
par être des arts : les arts doivent devenir des sciences; c’est dire qu’au 
lieu de procéder par l’intuition ou par la fantaisie, ils doivent tendre 
à s’appuyer sur les données de l’observation et de l’expérience. Les lois 
du contraste simultané sont des guides plus sûrs pour l’art du peintre 
que les œuvres les plus géniales dont les auteurs n’ont pas laissé la clef. 
Les expériences montrent que les sentiments de plaisir coïncident avec 
une augmentation de l’activité motrice volontaire qui peut se peser. La 
valeur d’une œuvre esthétique ne peut être jugée que par la mesure des 
conditions physiologiques de l’émotion qu’elle provoque. 
« Tout phénomène vital qui est fonction d'une variable commence à 
se produire à partir d’un certain état de la variable (minimum), se réa¬ 
lise de mieux en mieux à mesure que la variable croît jusqu’à un état 
déterminé (optimum), après quoi un accroissement de la variable fait se 
réaliser de moins en moins le phénomène; celui-ci s’arrête enfin quand 
la variable a atteint une certaine valeur1. » L’optimum varie suivant 
l’état physiologique de l’individu et suivant les individus; c’est à lui 
qu'est due la qualité de la sensation. 
L’augmentation de l’énergie motrice que l’on observe constamment 
dans le cas d’excitation agréable ou dans les états d’euphorie en général 
rend compte de la sensation de légèreté que l’on éprouve dans les mêmes 
circonstances. Du reste les sensations subjectives de pesanteur s’accom¬ 
pagnent souvent d'états mentaux pénibles, de cauchemars avec incapa¬ 
cité de fuite ou de défense, tandis que les sensations de légèreté, de 
bien-être accompagnent les états inverses; les mystiques possédés de la 
divinité s’élèvent dans les airs, volent, marchent sur les eaux. etc.2. 
1. Léo Errera, L'optimum, Revue de Vuniversité de Bi uxelles, 1895-96. p. 236. 
2. Sémerie, Hallucinations de la musculation, La Tribune médicale, 1883, p. 232,256.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.