Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Études de rythmique et d'esthétique: Du role de l'e muet dans la versification française
Person:
La Grasserie, Raoul
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39757/7/
— 4 — 
qu’elle mouille et affaiblit. Si nous passons aux langues germa¬ 
niques modernes, nous observons qu’en allemand la voyelle fi¬ 
nale non seulement est souvent atone, mais devient muette,sans 
être supprimée, c’est Ye muet ; il se prononce toujours un peu, 
c’est donc plutôt Ve sourd. En anglais, Ye devient très souvent 
totalement muet, et alors rien ne le réveille, même pas faction 
du rythme poétique; il est définitivement mort. 
En français, toutes les finales qui contenaient a, o, e, dans la 
langue latine, c’est-à-dire les atones sonores, sont devenues 
muettes, en ce sens qu’elles ne se prononcent pas du tout (au 
moins c’est Y apparence) si le mot suivant commence par une 
voyelle ou si elles se trouvent à la pause, et se prononcent très 
peu ou point, ad libitum, si elles sont suivies d’un mot commen¬ 
çant par une consonne. Dans le langage populaire, elles dispa¬ 
raissent, mais le langage soutenu, et surtout le langage rythmé, 
est un réactif qui les fait réapparaître, comme nous l’avons dit 
à propos de cet instrument de l’élasticité de la langue française. 
L’e muet est mal dénommé; ce n’est pas seulement, en réalité, 
un e rendu, suivant les cas, muet ou sourd ; c’est aussi bien Va, 
Vo, Vu, etc., rendus tels ; dans rose, par exemple, venu de rosa, 
on pourrait plus exactement parler d’un a muet; dans spectacle, 
Ye final est un o muet : spetaculo. Voilà quant à l’origine du 
phonème. Quant à sa nature, il n’a rien de commun avec Ye ; 
c’est un phonème spécial approchant du phonème : eu. 
Il faut donc distinguer: 1° les voyelles toniques ; 2° les voyelles 
atones, mais claires ; 3° les voyelles sourdes ou muettes alterna¬ 
tivement, confondues sous l’appellation impropre d’e muet. 
Nous aurons à examiner dans le domaine linguistique : 1° 
le résidu de sonorité qui appartient à Ye muet, 2° la loi phoné¬ 
tique de la syllabe ouverte ; 3° la loi de compensation. 
1*.— Résidu de sonorité. 
Quelle est la sonorité qui reste à Ye muet? Il faut distinguer 
suivant ses diverses situations. 
S’il est précédé d’une double consonne, ou plus exactement 
de deux consonnes différentes et non suivi d’une voyelle com¬ 
mençant un autre mot, il a un son sourd, mais complet, s’appro-
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.