Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Études de rythmique et d'esthétique: Du role de l'e muet dans la versification française
Person:
La Grasserie, Raoul
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39757/24/
— 21 
Concurremment avaient été suivis deux autres systèmes. 
A côté de cette césure féminine, dite épique, se trouvait la cé¬ 
sure enjambante, plus usitée en Italien ; la syllabe à e muet se 
trouvait reportée comme nous venons de le dire, sur le second 
hémistiche. Elle existait surtout dans le vers à nombre de syl¬ 
labes impair, par exemple, ceux de onze et de quinze syllabes se 
fondant sur le rythme trochaïque. 
Si avront assez a pes | tre mi agnel 
On rencontre aussi cette césure dans le décasyllabe de la 
poésie lyrique. 
Mais belle da | me se doit bien garder 
Volt mielz que to | tes bonnes qui sont 
(Quesnes de Béthune). 
Chascuns se van | te d’amer lealment 
(Gaultier d’Espinage). 
Robin m’a demandé | e, m’ora 
(Adam de la Halle). 
Cette césure se trouve même quelquefois dans la poésie 
épique. 
Borgois et damoisel | les et mescines. 
(Geste d’AïoL et Mirabel. 
Une des césures était donc employée concurremment avec 
l’autre. Quelle était la raison mécanique de cette différence? 
Voici celle qui est donnée. Le vers épique est le décasyllabe ou 
le duodécasyllabe, le rythme en est ascendant et par conséquent 
on finit naturellement sur une arsis très accentuée, on re¬ 
tranche Ve final qui ferait retour au rythme descendant. Au 
contraire, le vers lyrique emploie souvent le rythme descendant 
et alors Ve muet n’est plus détruit, mais reporté sur l’hémis¬ 
tiche suivant. 
Unetroisième césure féminine avait été en usage concurrem¬ 
ment, on l'appelle lyrique parce que c’est dans le vers lyrique 
qu’elle était le plus fréquente; Ve muet compte comme syllabe 
à l’hémistiche, non seulement il compte,mais il forme arsis. Son
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.