Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Études de rythmique et d'esthétique: Du role de l'e muet dans la versification française
Person:
La Grasserie, Raoul
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39757/22/
— 19 — 
quefois la brève en longue, Y arsis allonge ; et aussi la longue 
en brève, le thesis abrège. En rythmique germanique, il rend 
accentuées des voyelles atones par elles-mêmes, en leur donnant 
une sorte d'accent secondaire. Il faut remarquer qu’en fran¬ 
çais la rime masculine à syllabe fermée se termine le plus sou¬ 
vent en r et en l ; or cçs liquides laissent après elles un bruit d’ex¬ 
piration beaucoup moins fort que les autres consonnes, ce qui 
les éloigne de Ve muet. 
6° Enfin Ye muet final n’est jamais entièrement muet; outre 
l’action qu’il produit sur la consonne et sur la voyelle précé¬ 
dentes, il subsiste encore un peu par lui-même; nous avons vu 
que dans certains cas, il n’est pas muet du tout, par exemple, 
lorsqu’il est précédé de deux consonnes spectacle, formi¬ 
dable, etc. Dans un autre cas, sa sonorité est moindre, mais on 
l’entend encore parfaitement; c’est lorsqu’il est précédé immé¬ 
diatement d’une voyelle : nu, nue ; né, née; li (7), lie; non seu¬ 
lement il y a alors changement de son de la voyelle qui précède, 
mais celui de Ye muet est distinct, sans qu’il y ait affectation 
dans la lecture. Dans les autres cas, au contraire, le son de Ye 
muet semble disparaître entièrement à la pause, mais il n’en est 
rien; s’il s'agit d’un monosyllabe, où la syllabe accentuée a plus 
d’emphase, et doit être suivie d'une dépression, il est plus sensi¬ 
ble, mais on le sent dans tous les cas; en effet, la consonne Anale est 
toujours suivie d’un bruit d’expiration, même quand il n’y a pas 
d’e muet. La confusion vient seulement, comme nous l’avons 
expliqué, de ce que les consonnes finales (qui sont quelquefois 
prononcées dans les rimes masculines) par l’expiration de la 
consonne peuvent produire la même audition. 
Tel est l’effet très important de Ye muet à la An du vers. 
Nous devons noter le résultat, souvent désastreux, au point de 
vue rythmique, que produit ici l’enjambement romantique. Il 
empêche de donner à la terminaison toute son amplitude et di¬ 
minue la différence existant entre la rime masculine et la rime 
féminine, parce qu’il abrège celle-ci, et détruit les vestiges de Ye 
muet. Sans doute, s’il n’est qu’accidentel, il peut obtenir des 
effets par la rupture même du rythme, mais s’il est habituel, il 
rompt l’alternance, fait tous les vers se terminer par un arsis, 
ce qui rend l’ensemble plus dur.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.