Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Études de rythmique et d'esthétique: De l`élément psychique dans le rythme et de ses rapports avec l'élément phonique
Person:
La Grasserie, Raoul
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39742/70/
— 68 — 
Cependant elle peut être conservée pour peindre des choses ar¬ 
chaïques, ou pour donner au sentiment une naïveté exagérée 
à dessein. 
Le système romantique a donné une toute autre direction à 
cette grammaire particulière, et nous voudrions que cette di¬ 
rection divergeât encore davantage. 
Ainsi le langage normal veut que dans tous les cas le subs¬ 
tantif soit accompagné soit de l'article déterminé le, soit de l’ar¬ 
ticle indéterminé un ; la rapidité du sentiment peut demander 
très souvent la suppression de l'article ; il s’agit là d’une licence 
non pour la commodité du vers, mais pour la liberté de la 
pensée, ou plutôt du sentiment, ce qui est bien différent et bien 
plus légitime. 
Le langage normal veut que presque toujours deux substan¬ 
tifs, ou deux adjectifs soient séparés par la conjonction et ; le 
langage poétique doit encore pouvoir lever cette barrière qui 
retarde le sentiment ou l’image. 
De même, on peut supprimer la répétition des pronoms, des 
prépositions, des auxiliaires, de tous les mots n’ayant pour 
fonction que d’exprimer les relations. 
Il en est résulté une grammaire spéciale à la poésie, et que 
j’appelerai la grammaire elliptique. 
La grammaire elliptique est celle du sentiment, comme la 
grammaire normale est celle de la pensée ; elle correspond à la 
différence de mouvement qui existe entre l’une et l’autre : c'est 
la suppression des intermédiaires. Rien n’est lourd dans certains 
cas comme la phrase, ou même la proposition, absolument ré¬ 
gulière ; elle exige pour la correction un développement très 
grand, heureux sans doute dans son parfait analytisme pour la 
clarté, fâcheux pour le mouvement. La poésie veut absolument 
être libre de ces entraves, sans quoi étouffée elle périrait. 
L’ellipse ne consiste pas seulement à supprimer les mots de 
pure relation, elle consiste aussi à faire servir un seul mot de 
relation pour plusieurs mots de substance, ce qui est une éco¬ 
nomie de temps pour le mouvement. 
Elle va même jusqu’à supprimer des fractions entières de pro¬ 
positions, et en outre, même des pensées de transition, et ici le 
procédé touche à la pensée elle-même ; elle saute par dessus 
les pensées intermédiaires ; on n’a plus en main que les deux
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.