Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Études de rythmique et d'esthétique: De l`élément psychique dans le rythme et de ses rapports avec l'élément phonique
Person:
La Grasserie, Raoul
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39742/15/
— 13 — 
Mais il en est un autre plus enraciné d’après lequel le seul 
substratum de la psychique poétique est le sentiment proprement 
dit ou bien encore le côté visuel ou plastique ou euphonique de 
choses, mais jamais ni la sensation latente, ni surtout.lapensee. 
La description si poétique de la sensation latente et instinctive 
domine actuellement le roman, mais ne fait que pénétrer un 
peu dans la poésie. Mais ce qui est plus grave, 1 exclusion de a 
pensée est absolue ; en d’autres termes, on rejette la poésie dite 
philosophique. On repousse aussi au même türela poésie satirique, 
à moins qu’elle ne soit enveloppée dans la representation 
scénique. y 
Cette exclusion tient à des causes que nous avons déjà signa¬ 
lées Tout le côté fluide de la poésie tend à se rapprocher de la 
musique; le côté solide (et la pensée, l’ironie comprise, est de ce 
côté) tend à se solidifier complètement en prose.. G est ainsi 
que la pensée est expulsée peu à peu de la poésie, la pensee 
satirique surtout, dont la forme, ou négligée ou abrupte, est in¬ 
compatible avec la forme très parfaite et mélodieuse qu on 
exige du vers. On ajoute que la prose est particulièrement faite 
pour la pensée, qu’entre colle-ci et le sentiment il n’y a rien de 
commun. C’est une erreur : une grande partie des vers e 
Victor Hugo, les vers cornéliens, sont faits de pensée. 
Mais ces erreurs tiennent à une autre plus générale qui est 
la cause de toutes. On méconnaît souvent la destination 
vraie de la versification. Celle-ci serait faite uniquement pour 
exprimer le sentiment par des moyens euphoniques Rien de 
plus inexact que cette conception bornée. Telle n est point la 
destination du vers. Pour s’en convaincra il n’y aqua inter¬ 
roger son histoire. Le premier vers fut un vers didactique, meme 
le premier épique, narratif, est didactique au fond il est tout au 
moins mnémonique. Chez tous les peuples, le vers d abord fut la 
seule forme de l’histoire, il fut aussi celle des notions seules con¬ 
nues de la science ; les mois et lesjours d'Hésiode, et comme imita¬ 
tion les GéorgiquesdeVirgile en sontdes preuves .Le premier veis 
fut donc non un vers de sentiment, mais surtout un vers de 
pensée. . , 
Pourquoi fut-il tel? Lorsque l’écriture était inconnue ou p 
connue, la mémoire seule dut tout conserver. Elle chercha un 
moyen mnémonique ; ce moyen était dans la cadence du vers,
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.