Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Les rythmes comme introduction physique à l'esthétique
Person:
Servien, Pius
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39738/173/
TROISIEME OLYMPIQUE 
173 
dactylo-épitrites, d’un nom tendancieux). Gomme nous 
ne voulons pas donner ici beaucoup d’exemples, nous 
en avons choisis de typiques : Pindare; une des deux 
classes principales où se rangent ses odes; l’ode même, 
la IIIe Olympique, qui a donné le nom de mètres do- 
riens à cette classe (par le dernier vers de sa Str. I) ; 
enfin, toutes les odes du même recueil qui sont en 
« dactylo-épitrites » purs, et sont formées de plusieurs 
périodes (afin de savoir indiscutablement quelles sont 
les syllabes indifférentes de l’épode). Les odes qui res¬ 
tent, et que nous donnons ici, méritent d’être choisies 
comme types. 
7. Troisième Olympique4. Strophes. — Nous sépa¬ 
rons les syllabes considérées comme anacrouse. Après 
chaque vers, il y a toujours une syllabe indifférente; 
nous nous dispenserons donc de la noter. 
2 11211222122211211 
22 112112221 
22 11211222122211211 
22 122212221222112112221 
2 1222122212 
Les vers initial, central et final sont symétriques 5. 
4. Se reporter à une édition quelconque de Pindare. Neus nous sommes 
ceryis de l’édition déjà citée, celle de M. A. Puech, dans la Collection des 
Universités de France. 
5. Cf. dans Lyrisme et Structures sonores, la question des points sensi¬ 
bles dans les passages lyriques de Chateaubriand. Début, milieu, fin* eomme 
ici.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.