Bauhaus-Universität Weimar

Titel:
Les rythmes comme introduction physique à l'esthétique
Person:
Servien, Pius
PURL:
https://digitalesammlungen.uni-weimar.de/viewer/image/lit39738/143/
RAISONS PROFONDES DE CETTE ÉVOLUTION 143 
listes; en fait, un vers fait de timbres et de rythmes 
toniques qui va rejoindre la « prose » analogue des 
Rabelais, Rousseau, Chateaubriand, Rimbaud. 
5. Raisons profondes de cette évolution. — L’alexan¬ 
drin du genre Boileau, le « vers blanc orné de rime », 
a donc paru dans l’histoire avant l’autre, « rime suivie 
de vers blanc ». 
Ce n’est pas tout. Les deux n’ont pas la même im¬ 
portance. Le premier, celui du genre Boileau, a une 
vogue non seulement plus ancienne, mais à tous points 
de vue plus considérable que l’autre. Même, l’alexan¬ 
drin où la rime est primordiale, arrive difficilement à 
échapper à l’influence et au souvenir de l’alexandrin 
de Boileau. Il tend toujours à conserver certaines 
règles de celui-ci, — des survivances. 
La raison en est que si l’alexandrin classique naît 
d’une observation inconsciente des rythmes spontanés, 
de la prose lyrique, Vautre alexandrin naît d’une ob¬ 
servation plus ou moins inconsciente de l’alexandrin 
classique. Ainsi, l’alexandrin du genre Hugo-Banville, 
n’est pas une forme dérivée directement des rythmes 
spontanés, elle en dérive par l’intermédiaire de 
l’alexandrin classique. 
En effet, l’alexandrin « vers blanc orné de rime » 
nous est apparu comme né de la prose, en quelque 
sorte en trois étapes (d’ailleurs plus ou moins incons¬ 
cientes et confondues) : observation des membres de
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.