Bauhaus-Universität Weimar

A NOTRE CONFORMATION 
103 
La pulpe des doigts diffère suivant les indi¬ 
vidus. 
Les pulpes molles et grasses sont mau¬ 
vaises, elles s’aplatissent sur la touche et ne 
déterminent pas nettement la longueur de la 
corde, d’où justesse incertaine ; les doigts trop 
maigres ne donnent pas au son le moelleux et 
le timbre d’une pulpe faisant coussin. 
Pour la même raison la courbure du cheva¬ 
let, sa hauteur, la distance des crans corres¬ 
pondant aux cordes, la courbure de la touche 
doivent être en rapport avec la conformation 
de la main et des doigts. 
Un chevalet trop haut élève les cordes au 
dessus de la touche (Fig. 44), le doigt fait 
un effort trop grand et un chemin trop long 
pour enfoncer la corde, il risque de tirer la 
corde obliquement. 
Dans les positions élevées la corde se brise 
suivant un angle trop grand, et si à cette élé¬ 
vation du chevalet se joint ün écartement 
exagéré des cordes, le doigt a beaucoup de 
chance de passer entre deux cordes quand on 
veut faire une quinte. 
La touche doit donc être presque parallèle 
aux cordes et en suivre la courbure (Fig. 43)
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.