Bauhaus-Universität Weimar

LES ÉCHELLES 
57 
tard doit faire écarter cette conception. La divisione arit- 
metica, envisagée par Zarlino, n aurait donc pu s’opérer 
pu en juxtaposant des cordes; or ici la longueur n’est plus 
seule en cause, il faut également s’assurer qu’il y a ten¬ 
sion égale, et le seul procédé simple pour mesurer la tension 
des cordes est, comme faisaient les artilleurs antiques, 
d écouter leur son. Le cercle est vicieux. 
La difficulté ne se poserait pas s’il s’agissait de tuyaux, 
mais, sauf une exception que nous verrons plus loin, il 
semble bien qu’initialement les essais d’échelles n’aient pas 
eu lieu sur les instruments à vent, ceux-ci étant plutôt 
affectes à reproduire des echelles individuelles préexistantes. 
Ils pouvaient cependant fournir aux constructeurs d’ins¬ 
truments a cordes des diapasons stables, indépendants de la 
tension et permettant de ramener a une valeur moyenne 
les diverses valeurs de la mèse. Suivant ce processus, au 
milieu des deux sons extrêmes que nous supposons être 
deux mi consécutifs, viendra s’intercaler par la vertu de la 
pi ogression arithmétique le la du diapason (i). 
A la suite de Zarlino nombre de musicologues ont émis 
1 hypothèse que la gamme s’etait formée en fonction des 
longueurs décroissantes d’une colonne vibrante. Fétis 
et après lui Wallaschek ont indiqué que les premières 
echelles pouvaient résulter de la disposition à intervalles 
égaux des trous percés sur un tuyau. 
Wallaschek prétend qu’en procédant de la sorte, on obtient 
naturellement la gamme diatonique ! On demeure étonné 
d une telle assertion qui ne supporte pas l’examen, puis- 
qu en raison des rapports logarithmiques entre la lon¬ 
gueur de la colonne vibrante et l’acuité du son, à des inter- 
(i) Le lecteur s étonnera certainement de voir présenter aussi longuement et 
laborieusement un processus qui nous paraît fort simple aujourd’hui que la 
gamme s achète toute servie chez le luthier. Ce dont il faudrait plutôt s’étonner, 
c est de la manière dont nombre de musicologues présentent l’histoire de leur 
art, et qui la rend comparable à une histoire du langage parlé qui débuterait 
pai 1 és.ude des signes alphabétiques, ou à une histoire de l’arithmétique qui 
prendrait comme point de départ la théorie des logarithmes.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.