Bauhaus-Universität Weimar

LA MUSIQUE AUTONOME 
135 
lablement le livret, ou encore, ce qui revient au même, 
mettre en musique des sujets déjà connus, voire des livrets 
déjà traités — parti général aux époques classiques (1). 
Notons en ce sens que plus anciennes et familières sont les 
paroles d’une œuvre lyrique, plus celle-ci est considérée 
comme musique « pure » ; les compositions religieuses, les 
messes notamment .en fourniraient un excellent exemple, 
preuve nouvelle que le caractère de « pureté » est tout 
subjectif et ne tient pas à la structure intrinsèque de 
l’œuvre. On peut également, pour arriver à diminuer la 
part de l’attention intellectuelle, réduire l’affabulation au 
minimum ; une courte notice sur un programme, un titre 
sur une affiche. 
Du point de vue des auteurs, suivis par la critique et 
par cette partie cultivée du public qui prétend juger techni¬ 
quement, d’autres raisons ont agi. La difficulté croissante 
des métiers, l’impossibilité pour un seul homme de les 
exercer tous avec une égale maîtrise, subordonnent la 
synthèse des arts à une collaboration (2). Or, toute colla¬ 
boration, du fait qu’elle comporte partage de l’autorité, 
de l’action, de la gloire, est insupportable, tolérable seule¬ 
ment pour des raisons d’ordre pratique ; elle entraîne 
une réciproque ingratitude, chacun restant persuadé que 
son apport est le plus précieux. Ce sentiment passe chez le 
spectateur qui, incapable généralement d’apprécier au 
même degré toutes les parties de la synthèse, n’en considère 
qu’une seule comme vivante, et les autres comme un poids 
mort. 
Au surplus il n’y a dans cette dissociation finale, analogue 
à celle qui conduit au tableau « de chevalet », à la statue 
« de musée », qu’une application du principe général selon 
(1) Le parti, assez en vogue maintenant, d’alterner le discours et la musique, 
l’explication dramatique et le développement lyrique, correspond à la même 
idée. 
(2) L’exemple de Wagner est exceptionnel et certainement, dangereux ;nous 
n’osons nommer tous ceux auxquels il a nui.
        

Nutzerhinweis

Sehr geehrte Benutzer,

aufgrund der aktuellen Entwicklungen in der Webtechnologie, die im Goobi viewer verwendet wird, unterstützt die Software den von Ihnen verwendeten Browser nicht mehr.

Bitte benutzen Sie einen der folgenden Browser, um diese Seite korrekt darstellen zu können.

Vielen Dank für Ihr Verständnis.